Préparer son escale à l’île de Pâques – Easter Island (Chili)

Print Friendly, PDF & Email

Préparation de l’escale de l’île de Pâques au Chili, présentation vidéo, excursions, informations utiles, visites, centre d’intérêts, adresses et cartes…

Nous avons regroupé sur cette page toutes les informations utiles et indispensables à la préparation de notre visite de l’île de Pâques au Chili, à l’occasion de notre croisière tour du monde; Savoir que faire ou voir mais aussi les formalités, devises, points d’intérêts, cartes, météo et autres informations touristiques telles que :Cuisine locale, sécurité, utilisation des drones, moyen de transports et surtout les lieux à ne pas louper. Bref tout ce que vous avez besoin de savoir si vous avez l’intention de passer à l’île de Pâques au Chili.

Situation ile de Paques

Fascinante et mystérieuse, au milieu de l’océan Pacifique, quelque part entre la Nouvelle-Zélande et le Chili, à 2 078 kilomètres à l’est de l’île Pitcairn, l’île habitée la plus proche, se dresse une petite île au passé énigmatique: L’Île de Pâques. L’île émergée à partir de l’activité de trois volcans, a été frappée dans un passé lointain par un météore, mettant ainsi à jour une couche profonde de roche volcanique. Aux environs de l’an 300, grâce à ses propriétés qui la rendaient particulièrement adaptée, les anciens habitants de l’île se sont spécialisés dans la sculpture du rocher aux formes humaines qu’ils ont appelé Moaï. Grâce à cette merveilleuse visite, je vais enfin toucher du doigt un rêve qui remonte à mon enfance, poser le pied sur Rapa Nui, dénommée également Easter Island et approcher les fameuses sculptures classées au patrimoine mondial de l’Unesco…

l’île de Pâques:

Croisière tour du monde Austral 2017 Le Costa Luminosa à l'ancre à l'île de Pâques

Croisière tour du monde Austral 2017 Le Costa Luminosa à l’ancre à l’île de Pâques

Premier européen à avoir vu l’île de Pâques, Édward Davis l’aperçut à bord de son bateau nommé « Bachelors Delight » en 1687. Il n’a pas compris qu’il se trouvait face à une île, il déclara qu’il avait découvert le continent méridional. Davis n’a jamais accosté sur cette île.

En revanche, le dimanche de Pâques de l’année 1722, le Hollandais Jacob Roggeveenle fut le premier homme à avoir débarqué sur l’île et c’est pour cette raison qu’il la baptisa « Île de Pâques ». Suivi ensuite une période durant laquelle la Couronne espagnole essaya d’étendre son propre domaine dans les territoires du Sud Pacifique au détriment des Anglais et des Hollandais. C’est donc le gouverneur espagnol du Chili du moment et le vice-roi du Pérou Manuel Amat Junient qui ordonnèrent à Don Felipe Gonzales de Haedo d’annexer l’île de Pâques aux territoires espagnols. Gonzales atteignit l’île en novembre 1770 à bord de son bateau « San Lorenzo » escorté par la frégate Santa Rosalia. Gonzales changea le nom de L’île pour « San Carlos » et fit ériger un grand nombre de croix sur toute l’île, en signe de sa conquête.

Dans les années qui suivirent, la couronne espagnole n’envoya plus aucune expédition sur l’île et perdit donc la souveraineté sur celle-ci. Après une période courte sans expédition européenne, c’est James Cook qui débarqua sur l’île de Pâques le 14 mars 1774. Il y resta 2 jours seulement avant de repartir le 16 mars en reportant sur son carnet de bord « qu’un séjour de 2 jours n’avait pas été suffisant pour comprendre tous les secrets de l’île ».

James Cook, comme beaucoup d’autres après lui, ne retint que peu d’intérêt sur l’île. D’après ce qui fut noté sur son carnet de bord, seulement un petit nombre d’îles dans le Pacifique étaient moins accueillantes que celle-ci. Malgré cela, c’est au capitaine Cook et au naturaliste Reynolds Forster et à son fils que nous devons la majeure partie des connaissances que nous avons sur L’île. C’est grâce à leur contribution que fut élaborée l’une des premières cartes géographiques situant les sites archéologiques importants de l’île. Ce qui est remarquable c’est qu’en seulement deux jours furent réalisées plus d’esquisses de Moaïs qu’il en fût fait dans les 50 années qui suivirent, permettant ainsi au public européen d’admirer pour la première fois de l’histoire les statues de l’Île de Pâques.

Drapeau du Chili

Météo annuelle à l’île de Pâques au Chili

Météo annuelle île de Pâques

Le climat prédominant dans cette zone est « subtropical« . Il se caractérise par un temps chaud et humide en été et doux en hiver, les températures moyennes variant entre 23 et 24 degrés de janvier à mars, et se situant aux alentours de 18°C de juillet à septembre. La mer est suffisamment chaude pour se baigner de décembre à avril.

Démarche pour obtenir le permis de conduire internationnalInformations générales et formalité pour l’île de Pâques au Chili 

Formalités :

Pour un séjour inférieur à trois mois, le visa n’est pas exigé et seule la présentation d’un passeport dont la période de validité s’étend au moins six mois après la date prévue d’entrée au Chili est demandée.

formulaire Tarjeta Unica Migratoria d'entrée au Chili

En arrivant sur le territoire chilien, les autorités locales (PDI) remettent une « Tarjeta Unica Migratoria », à conserver pendant tout le séjour et qui sera exigée à la sortie du pays.

Pour les voyageurs qui arrivent par voie terrestre, veillez à bien passer par un poste frontalier, où les autorités locales apposeront un tampon d’entrée sur votre passeport et vous délivreront la « Tarjeta Unica Migratoria ». Si vous rentriez au Chili sans accomplir ces formalités, vous seriez en situation illégale et pourriez être contraint de rester plusieurs mois sur le territoire, en attente de régularisation, et risqueriez une amende ou une expulsion.

Les autorités chiliennes demandent à tous leurs ressortissants ayant une autre nationalité d’effectuer leurs formalités d’entrée et de sortie du territoire national munis d’un document de voyage chilien. Il est vivement recommandé aux personnes concernées d’en tenir compte, car elles ne pourront pas se prévaloir, vis-à-vis des autorités chiliennes, de leur autre nationalité.

Restrictions à l’entrée sur le territoire chilien de produits frais (plantes, graines, fruits, fromages, viandes), en application de la législation locale. En cas d’infraction, les amendes sont élevées. Tout produit d’origine animale ou végétale doit être déclaré à l’entrée du territoire et sera systématiquement confisqué en l’absence d’une autorisation spéciale.

Sortie du Chili des mineurs :Pour laisser sortir tout enfant non-accompagné par ses parents ou accompagné d’un seul de ses parents, quels que soient la nationalité et le type de passeport de celui-ci, la police aux frontières chilienne exige la production d’un acte notarié établi au Chili (ou autorisation établie auprès d’un consulat du Chili en France) attestant que le ou les parent(s) non accompagnant(s) (père ou mère) autorise(nt) expressément le voyage de l’enfant.


Décalage Horaire de l’Île de Pâques par rapport à la France :

De -5 à -7 heures suivant les passages de l’heure d’été et de l’heures d’hiver de nos deux pays:

Décalage horaire Ile de Pâques


Langue parlée à l’Île de Pâques au Chili :

La langue officielle du Chili est l’espagnol. Sur l’Île de Pâques, la langue « vânaga rapanui » actuelle, originaire de Polynésie française, est proche du « rapanais » de Polynésie orientale. Malgré que cette langue soit encore couramment utilisée dans les échanges quotidiens entre les habitants polynésiens, celle-ci recule au profit de l’espagnol.

information devise escale croisière tour du monde

La Monnaie à l’île de Pâques et au Chili

monnaie peso chilien

La monnaie utilisée au Chili est le PESO Chilien (CLP=$).

Les pièces ont pour valeurs 10, 50 et 100 pesos et les billets 1000 $, 2000 $, 5000 $, 10 000 $ et 20 000 $. Pour convertir rapidement les Pesos Chiliens en Euros, diviser le prix en pesos chiliens par 1000 et ajouter 1 tiers (35%). Par exemple: 12000 $= (12000/1000)+(12/3)=12+4=soit environ 16€

Conversion: 1000 $ = 1.35 € environ (2018)

À l’île de Pâques au Chili, il y a seulement 3 distributeurs automatiques de billets, ils sont souvent vides ou refusent les cartes internationales. L’un d’eux se situe proche de la marina dans le grand bâtiment rouge. Donc pensez à prendre suffisamment de liquide.

Quelques tarifs communs (rappel: $=Peso Chiliens):

  • Chambre double : 20 000 $ environ
  • Bouteille d’eau : entre 2 000 et 3 000 $
  • Restaurant : entre 12000 et 17000 $ le plat +10% de pourboire.

Pourboires et taxes : Il n’est pas obligatoire de laisser un pourboire au Chili, bien qu’il soit conseillé de laisser 10%. Cependant, il est à la discrétion du visiteur de laisser un pourboire pour un bon service ou une bonne affaire.


Shopping à l’île de Pâques au Chili :

Tous les commerces se trouvent dans le seul et unique village d’Hanga Roa.

Au Marché Artisanal près de l’église Santa Cruz, vous pourrez trouver tous les objets fabriqués à la main par les artisans de l’île de Pâques, c’est un lieu idéal pour faire ses achats de souvenirs avant de quitter l’île de Pâques. Il est ouvert tous les jours de 09h00 à 13h00 et de 17h00 à 20h00.

Les boutiques de la rue principale proposent également de nombreux objets artisanaux. Colliers de pierres ou de coquillages, reproductions de Moaï de toutes les tailles en pierre ou en bois, sculptures de divinités de la culture Rapa Nui, Reimoros, pierres taillées avec des pétroglyphes et des représentations de l’Homme-Oiseau ou Make-Make, des chemises ou paréos traditionnels polynésiens..


Souvenirs à rapporter du Chili : 

Si vous souhaitez rapporter un souvenir authentique de l’île de Pâques au Chili, vos choix peuvent se porter vers:

  • Des colliers de pierres ou de coquillages.
  • Des reproductions de Moaï de toutes les tailles en pierre ou en bois.
  • Des sculptures de divinités de la culture Rapa Nui.
  • Des pierres taillées avec des pétroglyphes.
  • Des représentations de l’Homme-Oiseau « Make-Make ».
  • Des chemises ou des paréos traditionnels polynésiens.

Bureau de poste :

  • Rue Te Pito o Te Henua

Emplacement Correo La poste de ile de Paques

A Savoir: 

  • N’oubliez pas d’aller faire tamponner votre passeport au bureau de poste pour avoir le cachet avec les « Moaïs« . Normalement les préposés facturent 500 pesos chiliens par tampon, mais cela devient gratuit si vous prenez des timbres en même temps.

information transport escale croisière tour du monde

Taxis et transports à l’île de Pâques au Chili:

L’île n’a pas de moyen de transport collectif tels que les bus, il vous faudra choisir entre une location de voiture 4×4, quad, moto ou bicyclette, une balade en taxi, ou une excursion en minibus pour les groupes organisée par une agence, ou par le bateau de croisière si vous arrivez par la mer.

Malgré que l’Île de Pâques ne fasse qu’environ 23 kilomètres dans sa dimension la plus importante, la bicyclette ou la marche ne permettent pas de visiter toute l’île en une journée.


Bus Tours Hop on Hop off : 

pas de service répertorié


Petits trains touristiques:

pas de service répertorié


Taxis:

Les taxis proposent des courses et des visites. Il est important de convenir du tarif avant de partir et une heure de reprise en charge si vous êtes déposés sur un site et que le taxi doit revenir vous chercher.

Tarifs de taxi:
  • Transfert jusqu’à la plage Anakena : environ 15 000 pesos A/R
  • Taxi depuis l’aéroport : 3000 pesos

Service de voiture privé :

pas de service répertorié


Location de Voiture:

Il y a 2 grandes agences de location sur l’île de Pâques, se trouvant sur la rue principale Atamu Tekena:

  • Oceanic Rent a Car
  • Insular Rent a CarLocation de voiture de Île de Pâques

A savoir: Il n’y a pas d’assurance sur l’île, préférez payer avec une carte de crédit qui vous fera bénéficier d’une couverture d’assurance et assurez-vous d’avoir une responsabilité civile, car vous prendrez le risque de payer des montants élevés si vous avez un accident. Sur l’Île de Pâques les risques sont faibles car il y a peu de trafic et les routes sont relativement correctes bien que par endroits, il y ait des nids de poules bien profonds. Le risque est plutôt dû par les animaux tels que les chiens, chevaux sauvages, vaches et taureaux croisés sur la route. Évitez les routes non goudronnées et interdites à la circulation.

Ne pas oublier votre permis de conduire et votre permis de conduire international.

https://croisiere-tour-du-monde.info/permis-de-conduire-international/

information santé escale croisière tour du mondeSanté à l’île de Pâques au Chili  :

Vaccination :

  • Aucune vaccination n’est obligatoire mais certaines sont recommandées : assurez-vous d’être à jour dans vos vaccinations habituelles mais aussi liées à toutes les zones géographiques visitées.
  • La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée en incluant Rubéole Oreillons et Rougeole chez l’enfant ; la vaccination antituberculeuse est également souhaitable.
  • Autres vaccinations conseillées : en fonction des conditions locales de voyage, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B sont recommandées.
  • La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas en fonction des conditions et lieux de séjour. Demander conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.

Vaccination Fièvre jaune :
Vaccination antiamarile exigée ou recommandée :NON

Préventions diverses:

  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections.
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) ; ne pas caresser les animaux rencontrés.
  • Veiller à votre sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque à deux-roues, siège auto pour les enfants).

Les autorités chiliennes ont signalé plusieurs cas de dengue sur l’Ile de Pâques. Cette maladie virale est transmise par les piqûres de moustiques et se manifeste le plus souvent par un syndrome grippal (fièvre, douleurs musculaires, parfois éruption cutanée). Il convient donc de respecter les mesures individuelles de protection, y compris pendant la journée : vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques. La dengue pouvant prendre une forme potentiellement grave, il est vivement recommandé de consulter un médecin en cas de fièvre. La prise d’aspirine est déconseillée. Il n’existe pas de traitement médicamenteux préventif contre la dengue.

Services de santé sur l’île de Pâques au Chili:

Hospital de Hanga Roa

  • Adresse :Hanga Roa, Île de Pâques, Valparaíso, Chili
  • Téléphone :+56 32 257 8360

Le système de soins au Chili repose sur des établissements hospitaliers publics et privés. La médecine, les soins, les médicaments sont très onéreux. La qualité des prestations dans les établissements privés sont comparables à celles offertes par le standard européen ou américain.

Assurez-vous de souscrire une assurance maladie de voyage adéquate et de disposer de suffisamment de fonds accessibles pour couvrir les frais de tout traitement médical et d’une évacuation médicale, au besoin. Communiquez avec votre compagnie d’assurance sans tarder si l’on vous aiguille vers un établissement de santé pour y recevoir des soins.

information sécurité escale croisière tour du mondeSécurité à l’île de Pâques au Chili  :

Un mouvement revendicatif, organisé par certains habitants de l’île proches des indépendantistes, s’est exprimé en avril 2015. Il porte sur l’administration des parcs nationaux et la régulation du tourisme. Les actions les plus notables ont pris la forme d’un contrôle des accès aux sites archéologiques et touristiques.

Si quelques tensions ponctuelles ont pu être rapportées, le mouvement est dans son ensemble pacifique. Les voyageurs sont invités à se renseigner sur les actions éventuellement en cours lors de leur séjour sur l’île et, le cas échéant, à se conformer aux consignes de sécurité et recommandations des autorités locales.

Les autorités chiliennes sont naturellement sensibles au respect des sites touristiques, en particulier sur l’Île de Pâques où toute dégradation ou inscription sur les monuments est sévèrement sanctionnée.

Risque sismique et de Tsunami

Le Chili est un pays où se produisent très régulièrement des séismes, pouvant parfois s’avérer extrêmement violents (cf. celui du 27 février 2010, d’une magnitude de 8,8 sur l’échelle de Richter). Lors de vos déplacements, les recommandations en cas de séisme sont donc d’usage. Au Chili, le risque de tsunami est réel en cas de tremblement de terre (ou d’éruption volcanique).

Ambassade de France au Chili :

  •  Adresse : Avenida Condell 65 – Providencia Santiago
  •  Site internet : https://cl.ambafrance.org/
  • TÉLÉPHONE : Tel : +56 224 708 000
  • TÉLÉPHONE réservé aux situations critiques : +569 44 54 39 11

logo nouritureLa Cuisine Locale à l’île de Pâques :

La nourriture traditionnelle de l’île de Pâques est principalement basée sur des produits de la mer comme le poisson, le thon, le mahi mahi, l’espadon « kana kana », et les fruits de mer comme le homard, le « Rape rape » et la crevette. Mais également les produits agricoles, comme la patate douce, le taro, l’igname, la banane plantain et la canne à sucre, tous introduits sur l’île de Pâques depuis les îles Marquises il y a très longtemps.

Spécialités culinaires à l’île de Pâques.

Umu pae: Traditionnellement, les  habitants de l’île de Pâques « Rapa Nui » cuisinaient leur nourriture en suivant le procédé « umu pae », qui peut se traduire par « nourriture sous terre ». Pour ce faire, de petits fours sont aménagés dans le sol comme  pour la confection d’un curanto chilien, cuit dans un trou avec du bois de chauffage et des pierres chauffées à rouge. Les pierres chaudes sont recouvertes de feuilles de plantain, puis la viande, le poulet et le poisson sont placés sur les feuilles et recouverts d’autres feuilles et de pierres. Une deuxième couche est placée par dessus avec des patates douces, du taro et du tapioca recouverts également de feuilles de plantain et de terre. La chaleur fait cuire la nourriture dans un long processus.

Quelques spécialités en langue locale:

  • Tunu Ahí : poisson frais cuit directement sur des pierres chaudes.
  • Rape rape :espèce de bébés homards aussi fins que la langouste.Plat de Rape-Rape à île de Pâques
  • Empanadas de atun : empanadas de thon
  • Paila marina :soupe de fruits de mer traditionnelle chilienne ou ragoût habituellement servi dans un paila, bol en terre cuite avec différents types de crustacés et de poissons .
  • Cancato  :ragoût de poisson, chorizo, fromage et tomate
  • Los Mariscos :les fruits de mer : moules, huitres, oursins etc
  • Ceviche de Poulpe: Poulpe cuit avec du jus de citron
  • Choripán :sandwich de pain blanc farci de chorizo rôti sur les braises et auquel, occasionnellement, il est ajouté laitue, tomate et sauces.
  • Chuhuañes :un mélange de pommes de terre râpées crues, de farine, de sucre et de raisins secs enveloppés dans des feuilles de pangue et cuit bouilli ou en curanto.
  • Cazuela de pollo :marmite de poulet, traditionnel plat du Chili qui pourrait s’apparenter à notre pot au feu. Le poulet coupé en morceau, cuit dans un bouillon avec du poivron, du potiron, des haricots verts…
  • Charquicán :ragoût à base de morceaux de pomme de terre, de haricots verts, de grains de maïs et de petits bouts de viande de cheval. Éventuellement des feuilles de coca émiettées et dans certaines régions de la tomate.
  • Empanadas carne : chausson de pâte rempli de viande de bœuf
  • Empanadas pollo : chausson de pâte rempli de viande de poulet
  • Ternera con cebolla y queso :veau à l’oignon et au fromage.
  • Kuchen : Gâteau et spécialité de la ville de Puerto Varas avec des plantains , des fraises , des murtas , des cerises et autres fruits. Servi principalement au goûter.
  • Po’e :gâteau doux et spongieux à base de potiron, de farine et de plantain.
  • Pastel de choclo :  gâteau de maïs traditionnel chilien préparé dans un Paila (bol de terre cuite) avec du basilic recouvrant une préparation de viande, d’oignon, de sel, de poivre et de cumin.
  • Manjar : le dulce de leche crème de lait sucrée
  • Carménère :vin rouge chilien
  • Calafate Sour : Liqueur, au calafate, fruit chilien de couleur noire, mélangée avec l’alcool  » Pisco « .

La règlementation sur l'usage des drones sur cette destinationUtilisation des drones de loisir à l’île de Pâques au Chili:

L’utilisation de drones est autorisée au Chili, mais il y a plusieurs lois qui régissent l’utilisation des drones et qui doivent être suivies lorsque vous les utilisez. 

Vous n’avez pas besoin de permis pour l’utilisation de votre drone de loisir si votre drone pèse moins de 750 grammes et que vous ne prévoyez pas de survoler des villes ou des zones habitées.

  • Ne pilotez pas votre drone au dessus des personnes ou des rassemblements,
  • Respectez la vie privée des autres lorsque vous volez,
  • Ne pilotez pas votre drone dans un rayon de moins de 2 km des aéroports ou des zones où les avions sont en service,
  • Ne volez pas plus haut que 130 mètres,
  • Vous devez avoir toujours votre drone à vue directe et à maximum 500 mètres de vous,
  • Vous ne devez voler que pendant la journée et ne voler que par beau temps,
  • Ne pilotez pas votre drone dans des zones sensibles, y compris installations gouvernementales ou militaires. L’utilisation de drones ou de drones caméra dans ces zones est interdite,
  • Le Parc Torres Del Paine est une zone d’exclusion aérienne. Pour les autres parcs, ils sont généralement autorisés mais conformez vous aux panneaux «zone interdite aux drones» où vous ne pourrez pas l’utiliser.

Nous avons fait de notre mieux pour compiler les informations les plus précises sur cette destination. Bien que nous estimions que cette information est exacte, ne voyagez pas dans un pays étranger sans vérifier minutieusement les règles et les règlements applicables à l’utilisation des drones.

Attention certaines compagnies maritimes et de croisières refusent l’embarquement de drones y compris ceux de loisir!


information touristique escale croisière tour du mondeOffice du Tourisme à l’île de Pâques du Chili

Un office du tourisme se trouve rue Policarpo Toro, Hanga Roa, Île de Pâques, Chili.

 Carte interactive regroupant les principaux points d’intérêts touristiques des villes de l’île de Pâques, Puerto Aysén et Coyhaique au Chili:

Retrouver ci-dessous les détails pour chaque repère de la carte interactive

Information lieux à visiter escale croisière tour du mondeLes principaux centres d’intérêts et lieux touristiques à visiter ou voir à l’île de Pâques.

 

Important: Avant de pouvoir visiter l’île, il est impératif d’obtenir un billet du parc national valable pour la totalité des sites archéologiques.

Où puis-je acheter le ticket du parc national de l’île de Pâques?

Ce billet d’accès pour le parc national est disponible près de la jetée, revendu par les Park Rangers. Sa valeur est de 80 UUD par personne (environ 70€) payable uniquement en espèces. Gardez votre billet avec vous tout le temps car il est nécessaire sur les sites à visiter. Croisière tour du monde visite de Île de Pâques

Avant de détailler un peu plus loin dans cette rubrique les sites archéologiques où l’on peut voir les Moaïs de l’Île de Pâques, et comprendre plus facilement ce que nous verrons, découvrons dès à présent ce que nous savons sur la fabrication des célèbres statues par la communauté polynésienne de l’île de Pâques: Les Rapanuis.

La fabrication des Moaïs à la carrière de Rano Raraku:

Fabrication des Moaïs à la carrière de Rano RarakuEn premier, la roche était sculptée jusqu’à obtenir un bloc rectangulaire, puis un étroit couloir d’environ 50 cm de large était creusé autour du bloc permettant ainsi aux sculpteurs d’évoluer plus facilement.
Avec l’aide d’outils de basalte, appelés toki, ils coupaient le tuf pour façonner le Moaï. La sculpture du visage était la première étape, en accordant une attention particulière au nez car il servait de guide pour maintenir la symétrie et les proportions de la sculpture. outils de basalte appelé tokiPuis travail du cou, du torse, des bras et des mains. Après cela les sculpteurs s’attaquaient aux côtés en enlevant de la matière sous la statue jusqu’à qu’il n’y ait plus qu’une bande étroite de pierre qui supporte la statue, comme la quille d’un bateau. La statue était ensuite calée avec des pierres avant de désolidariser complètement la statue de la roche. Quelques fois, la statue ne résistait pas et se cassait à se stade de sa construction.
les sculpteurs enlevaient de la matière sous la statue MoaïLa tâche suivante consistait à faire glisser la statue sur la pente raide sans l’endommager. Il semble que les sculpteurs utilisaient des troncs et des cordages en fibre végétale pour soutenir les Moaïs et creusaient des sillons dans le sol pour maintenir l’équilibre pendant la descente. De nombreux incidents sont survenus lors de cette opération comme en témoignent les restes de torses et les têtes brisées qui parsèment le flanc de la colline.
Une fois en bas, les sculptures étaient introduites dans des trous préalablement creusés dans le sol permettant de les maintenir en position verticale et finir le processus en sculptant les détails du dos et en polissant la figure à l’aide d’une pierre volcanique abrasive appelée « punga ». L’orbite des yeux n’était pas sculpté ici, laissant ainsi la place à un plan lisse continu qui descend du sourcil à la joue. Il semble que la sculpture des orbites était réservée aux moaïs qui étaient dressés sur les plates-formes (Ahu), où des yeux en corail étaient insérés pour transmettre à la statue le pouvoir mystique des ancêtres appelé « mana »..
les sculpteurs redressaient les MoaïsAprès la sculpture, les statues étaient transportées vers des plates-formes cérémonielles en utilisant une méthode encore inconnue, plusieurs hypothèses suggèrent l’utilisation de troncs et de cordes, mais jusqu’à présent on n’a pas découvert le système utilisé pour déplacer de tels colosses à travers ce terrain très irrégulier. On estime que le travail de sculpture des statues à Rano Raraku a duré plus de 500 ans, à partir de l’an 1000 de notre ère pour se terminer au milieu du XVIIIe siècle. Il est difficile de comprendre pourquoi le peuple Rapanui a investi autant de temps dans cette tâche ardue, mais les croyances et le respect des ancêtres et peut-être le manque d’occupation dans cette minuscule île, ont abouti à réaliser toutes ces sculptures qui de nos jours représentent une prouesse prodigieuse.

Centre d’intérêt visite de l'Île de PâquesLe Volcan Rano Raraku site de fabrication des Moaïs

Volcan et carrière Rano Raraku à l'île de PâquesDe grande valeur archéologique, le volcan éteint Rano Raraku s’est formé il y a plus de 300 000 ans suite à l’activité éruptive des volcans Maunga Terevaka et Pua Katiki. Le Rano Raraku a une hauteur maximale de 160 mètres sur son bord sud-est et son cratère présente une forme elliptique dont le plus grand diamètre mesure environ 700 mètres. Il abrite une lagune d’eau douce d’environ 3 à 4 mètres de profondeur alimentée par les pluies fréquentes qui tombent sur l’île de Pâques.
Contrairement à la plupart des volcans de l’île, Rano Raraku est composé d’un type unique de roche poreuse formée par l’accumulation de cendres volcaniques éjectées et connue sous le nom de tuf Lapilli.
Les propriétés de cette roche expliquent pourquoi Rano Raraku est devenu la carrière où presque tous les Moaïs de l’île de Pâques ont été sculptés et d’où ils ont  ont été emmenés vers les plates-formes d’Ahu (de cérémonie), réparties sur toute la côte afin d’honorer la mémoire des ancêtres.
Ici de nombreuses têtes en pierre émergent du sol en levant les yeux vers le ciel et de nombreux trous laissent apparaître des silhouettes découpées sur le flanc rocheux de la montagne.
Dans la carrière longue de 800 mètres, il y a beaucoup de niches vides à partir des quelles ont été extraites les statues déplacées vers leur Ahu. Avec les statues qui reposent au pied du volcan et celles qui sont sur ses pentes, on dénombre un total de 397 Moaïs. C’est la zone de l’île la plus concentrée en sculptures.
En contrebas de la pente, entre l’entrée du cratère et l’extrémité qui fait face à la mer, il y a environ soixante-dix statues pratiquement terminées. Dans le cratère, il y a aussi plus de 40 autres sculptures qui se concentrent sur le versant sud entourant le lagon. Elles tournent toutes le dos à la montagne.
Moaï déterré de île de PâquesBeaucoup pensaient que les Moaïs n’avaient que les têtes sculptées, mais en réalité ce sont des statues complètement enterrées par les couches successives de sédiments qui se sont accumulés au fil du temps. Lorsque la carrière fut abandonnée, les rampes de terre et de roche qui servaient à relever les Moaïs s’effondrèrent peu à peu et finirent par enterrer les personnages. Des fouilles effectuées sur plusieurs Moaïs ont révélé que la longueur de la tête correspondait à environ un tiers de la hauteur totale de la statue .
Un des premier Moaï le Tai Hare AtuaAu pied de la pente un Moaï nommé Tai Hare Atua est allongé sur le sol. Il semble qu’elle soit l’une des premières sculptures de ce qui sera le modèle prédominant. Les mains sont représentée mais les autres détails tels que les oreilles et les bras sont peu apparents. Sa tête est reliée au torse sans qu’aucun cou ne les unisse. Selon la légende, Tai Hare Atua est l’œuvre de Miru A’Hotu et de Tangi Teako A’Hotu, qui ont sculpté ce premier Moaï lorsqu’ils ont commencé à travailler dans les carrières, mais ils l’ont abandonné sur place lorsqu’ils ont vu le mauvais résultat.
Piro Piro Moaï ou Moaï BaquedanoLe Moaï Piro Piro, également connu sous le nom de Moaï Baquedano, est un Moaï situé dans les premiers mètres du chemin principal qui traverse la carrière, son nom signifie « mauvaise odeur », car il semble que son nez proéminent fait un geste de dégoût devant une forte odeur. Si on fait attention à la partie droite de son cou, il est encore possible de lire quelques lettres du mot « Baquedano ». Cette profanation, sous la forme d’anciens graffitis, a été réalisée par les marins de l’école « General Baquedano » lors d’un des 20 voyages effectués à l’île de Pâques au début du 20ème siècle. Mais en plus de ces détails particuliers, Piro Piro se distingue parmi les autres statues pour ses énormes dimensions. L’explorateur Thor Heyerdahl a creusé dans le sol du Moaï et a découvert que la partie enterrée du corps mesurait presque deux fois la hauteur de la tête visible. La longueur totale atteint 11 mètres, ce qui classe Piro Piro comme le plus grand Moaï debout jamais extrait de la carrière.
Moaï Hinariru ou Hina RiruA environ 70 mètres du Moaï de Piro Piro, en continuant le chemin, on trouve le Moaï Hinariru ou Hina Riru. Sa renommée rivalise avec celle de Piro Piro, car l’image de Hinariru, ainsi que celle de son compagnon anonyme, est l’une des plus reconnaissables de l’Île de Pâques. Sculpture délicate avec une surface très polie, la principale caractéristique de Hinariru est que sa tête s’incline légèrement sur sa gauche, lui donnant une pose assez inhabituelle, puisque généralement le visage reste droit et aligné avec l’axe central des visages. C’est la raison pour laquelle Hinariru est également connu sous le nom de Moaï « cou tordu« , bien que cette position lui donne une apparence plus élégante et naturelle que les autres.
Moaï te tokanga dit le géantSitué dans la partie inférieure de la carrière où la roche commence à remonter, il y a une énorme statue qui repose encore dans la niche où elle a été sculptée. Appelée Te Tokanga, « le géant » , avec une longueur de près de 22 mètres et un poids estimé à 200 tonnes, elle ne peut pas recevoir un nom plus approprié. Te Tokanga est la plus grande statue jamais sculptée sur l’île de Pâques. On pense que ce Moaï devait être destiné à l’Ahu Tahira à Vipanu, l’une des dernières plates-formes cérémonielles construites, située dans la pente du Rano Kau. Mais il n’a jamais atteint sa destination finale parce que cet énorme colosse n’a jamais été séparé de son rocher, ses sculpteurs ambitieux et optimistes ont peut être réalisé qu’ils ne pourraient jamais déplacer une statue avec un poids aussi important et n’ont pas pris la peine de le finir.
Moaï sculpté sur une vieille tête de MoaïParmi les différentes têtes de Moaïs qui se détachent le long du parcours qui traverse la carrière, une statue plus petite avec un ventre un peu bombé attire l’attention. C’est un Moaï complet, plus petit qui a été sculpté sur ce qui était une vieille tête dont le corps est toujours enterré.
Un peu plus loin du précédent Moaï et en contrebas de l’imposant «géant», il y a une autre paire de Moaï dont l’un d’entre eux est particulièrement frappant. Le Moaï de droite s’appelle Ko Kona He Roa. Cette statue qui était enfouie jusqu’aux épaules, a été déterrée lors de l’expédition norvégienne de Thor Heyerdahl, comme d’autres célèbres Moaïs. Moai Ko Kona He RoaQuand ils ont fouillé le sol, ils ont découvert un pétroglyphe gravé sur sa poitrine représentant un vieux navire européen à trois mâts avec des voiles carrées . Dans la partie inférieure, ce qui semble être l’ancre du navire, on peut voir la silhouette d’une tortue. Cette gravure particulière qui semble hors de propos, est liée à d’autres figures de bateaux trouvés dans les maisons d’ Orongo et dans les peintures de la grotte Ana Kai Tangata. Les chercheurs pensent que pendant une certaine période de l’histoire les insulaires considéraient les visiteurs européens comme des messagers de l’au-delà, arrivant et disparaissant dans l’océan tels des oiseaux migrateurs qu’ils vénéraient.
À Rano Raraku, de nombreuses sculptures de Moaïs présentent des gravures qui ont été faites après la phase de construction des statues. Certaines sont liés à la cérémonie de l’homme-oiseau, d’autres ont des symboles tels que le « reimiro », les pirogues polynésiennes ou des divinités telles que Make Make .
Moaï TukuturiÀ l’extrémité sud de la carrière de Rano Raraku où le sentier principal forme un virage d’où vous pourrez profiter d’une vue spectaculaire sur le volcan Poike et des 15 statues de l’Ahu Tongariki qui se découpent sur l’océan, vous verrez le Moaï Tukuturi. Traduit habituellement par le « Moaï agenouillé« , cette statue qui ne ressemble à aucune autre de l’île par son apparence plus naturelle et réaliste, a été découverte par l’expédition de Thor Heyerdahl en 1956. La tête est arrondie, ses  yeux sont sculptés et son menton a une barbiche. Le Moaï Tukuturi a un corps complètement sculpté, ce qui le distingue particulièrement des autres statues dont la représentation est interrompue à la taille. Il est dans une position agenouillée avec ses jambes pliées en arrière et les fesses reposant sur ses talons. Les mains sont placées sur ses cuisses au lieu de se tenir sur le ventre dans une posture très révérencieuse que l’on peut encore voir dans les anciennes danses traditionnelles reproduite sur l’Île de Pâques de nos jours. Le Moaï Tukuturi, mesure 3,70 mètres de hauteur, pèse environ 10 tonnes et présente une finition plutôt rugueuse. C’est la seule sculpture qui regarde vers le volcan Rano Raraku.

Important: Il est nécessaire d’acheter à l’avance le billet d’entrée du parc national de Rapa Nui pour accéder aux sites. Bien que l’entrée soit valide pendant 10 jours pour visiter les différents sites d’intérêt, la visite à Orongo et la carrière du volcan Rano Raraku ne peuvent être effectuées qu’une seule fois avec le billet d’entrée au parc. Le billet doit être présenté à la billetterie du Parc National. Vous trouverez ici des panneaux explicatifs et sur la droite des toilettes publiques. Sur la gauche, un bâtiment abrite plusieurs boutiques de souvenirs et une cafétéria.

Il est strictement interdit de quitter les sentiers balisés et de toucher les statues. Il n’est pas permis non plus, d’aller au-delà de la limite du chemin qui mène aux statues à l’intérieur du cratère, et encore moins de monter au sommet pour des raisons de sécurité.

Horaires: Le parc est ouvert de 9h00 à 18h00 .

Centre d’intérêt visite de l'Île de PâquesAhu Tongariki

Visite du Site de Ahu Tongariki à Île de Pâques

Ahu Tongariki est la plus grande plate-forme de statues Moaïs trouvées sur l’île. Ces 15 géants sont assis côte à côte, regardant l’île et faisant dos à l’océan.

C’est l’endroit magnifique et populaire permettant d’admirer le soleil se lever au dessus de la mer au travers des statues. La lumière montante éclaire progressivement les statues en leur apportant de superbes ombres et  couleurs.

Ne pas oublier le billet d’entrée au parc, car il y a un garde forestier qui vérifie systématiquement, même avant que le soleil ne se lève.

Centre d’intérêt visite de l'Île de PâquesAhu Tahai

Visite du Site de Ahu Tahai à Île de PâquesProche de la petite anse d’Hanga Moana Verovero et du centre-ville, ce site d’environ 250m par 200m en pente douce, ne nécessite pas de venir en voiture. Ce site que l’on estime remontant à l’an 700 après Jésus Christ, regroupe les trois plateformes cérémonielles restaurées: l’Ahu Taha, l’Ahu Vai Uri, et l’Ahu Kote Riku avec son Moaï d’une hauteur de 5m10, qui est le seul Moaï de l’île présentant une reconstitution de ses yeux. Sur sa tête, il porte un Pukao (coiffe), une pièce cylindrique sculptée dans la pierre rouge du volcan Puna Pau. Cette forme représentant un chapeau ou un chignon, était placée dans la dernière phase de la construction de l’ahu. On croit que le pukao original de ce moaï a été utilisé pour tailler la croix chrétienne qui se trouve dans le cimetière voisin à Tahai, mais il n’y a aucune certitude. Le Moaï de l’Ahu Ko Te Riku est la seule statue de toute l’ïle de Visite Ahu Ko Te Riku île de PâquesPâques qui a des yeux, et l’on croit que lorsqu’un moaï était installé sur son ahu, ses orbites étaient sculptées et lors d’une cérémonie rituelle ses yeux, fabriqués avec du corail blanc et de l’obsidienne, étaient insérés. Le Moaï devenait ainsi vivant et pouvait projeter son pouvoir spirituel appelé « le mana » pour protéger la tribu. On pense que c’est la raison pour laquelle tous les Moaïs sont tournés vers l’intérieur de l’île, comme à Tahai, et non vers l’océan. Jusqu’à récemment, on ne savait pas que les statues avaient des yeux car dans les témoignages des premiers Européens ayant visité l’île, aucune mention n’en était faite. En 1978, lors des fouilles de l’ Ahu Nau Nau à Anakena, un œil de corail original fut découvert. Il est maintenant exposé au musée anthropologique « Père-Sébastien-Englert » situé dans la ville de Hanga Roa. On en déduit donc que les yeux ont été éliminés et détruits lors des guerres tribales qui ont fini par endommager toutes les statues.
Restes de maisons hare paenga sur l'Île de PâquesSur ce site on trouve les restes d’un ancien village, avec plusieurs chambres funéraires « avanga » qui ont été construites pour les chefs de la communauté. Ces restes de maisons « hare paenga » qui peut être traduit par « maison de pierres de taille », étaient les habitations des habitants de l’île de Pâques avant l’arrivée des espagnols. Ces édifices ressemblants à un bateau renversé était constitués Restes de maisons hare paenga sur l'Île de Pâquesd’une base en pierres de basalte en forme d’ellipse qui accueillait des trous où des poteaux en bois supportaient un toit recouvert de trois couches de végétation. Ces abris avaient une seule ouverture étroite au centre du coté le plus large et était fermée par un rideau de roseaux tressé appelé « papare ». Le sol de l’entrée formait une petite terrasse recouverte de pierre rondes et plates.
hare moa sur l'Île de PâquesSitués au milieu du site sur sa partie supérieure, d’autres édifices appelés « hare moa », étaient construits avec des pierres allongées. Ils permettaient de rentrer les volailles pour la nuit pour éviter qu’elles ne s’échappent ou qu’elles soient volées. Les autres constructions domestiques que l’on peut trouver ici sont des « tahetas » ou pierres taillées en forme de cuvette qui servaient à recueillir l’eau de pluie, et des restes de « umu pae », les fours de cuisson en pierres.manavai sur l'Île de Pâques
Au nord, de l’autre côté du mur près des petites grottes, il y a plusieurs « manavai » ou amas circulaires de pierres qui permettaient de protéger les cultures.
Dans la partie sud du complexe  de Tahai, à environ 50 mètres à gauche de l’Ahu Vai Uri se trouve la tombe où reposent les restes de William Mulloy et de son épouse. Ce célèbre anthropologue est venu sur l’île la première fois en 1955 tombe de William Mulloy sur l'Île de Pâquesavec l’expédition de Thor Heyerdahl. Grâce à son travail et à sa détermination, les sites d’Ahu Akivi, Tahai, le village d’Orongo et d’autres lieux ont été restaurés. Sur le grand rocher à la mémoire de Mulloy, il y a trois inscriptions, l’une en rapanui,  et les deux autres en anglais et en espagnol qui disent ceci: En Rapanui il est écrit « Je t’aime, je t’aime, et je t’aime tellement.  » (Quand il étudiait et restaurait les moaïs, il nous a montré son grand amour pour Rapa Nui (l’Île de Paques); en anglais:  » En restaurant le passé de son île bien-aimée, il a également changé son avenir « . Et enfin espagnol:  » Il était grand comme ses œuvres, son amour et son dévouement pour Rapa Nui ».
C’est le seul site de l’île qui permet de prendre en photo le coucher de soleil au travers des statues. Il est nécessaire d’acheter à l’avance le ticket pour le parc national de Rapa Nui pour accéder au site.

Centre d’intérêt visite de l'Île de PâquesAhu Akivi

Ahu Akivi sur l'Île de PâquesConstruit suivant une orientation astronomique précise et situé sur le flanc sud-ouest du volcan Maunga Terevaka, le point culminant de l’île, à 2,6 km des grottes d’Ana Kalenga à l’intérieur des terres, l’Ahu Akivi est un site archéologique avec des caractéristiques singulières, en raison de son emplacement unique. Datant de la fin du 15ème siècle, cette plateforme de 7 Moaïs qui regardent en direction de la mer est la seule plateforme restaurée à l’intérieur des terres. Les sept statues ont été transportées de la carrière du volcan Rano Raraku situé à 15 km, à travers un terrain irrégulier et en utilisant une méthode inconnue. Ces figures imposantes d’environ 4,5 mètre de haut et d’un poids avoisinant les 5 tonnes ont presque la taille et le poids moyens des statues trouvées sur les différentes plates-formes présentes sur l’Île de Pâques.
Il est dit que les moaïs d’Ahu Akivi sont les seules statues de Rapa Nui qui regardent en direction de la mer car toutes les autres tournent le dos à l’océan, mais si l’on étudie de plus près la position des statues de l’île, on s’apperçoit que les Moaïs de cette plateforme sont orientés comme les autres en direction de l’esplanade qui les précède, pour surveiller et protéger les habitants du village avec leur mana (pouvoir mystique).
L’axe de la plate-forme d’Akivi est orienté nord/sud, les visages des moaïs regardant précisément le point où le soleil se couche pendant l’équinoxe du printemps austral, soit le 21 septembre et présentant son dos au soleil à l’aube de l’équinoxe d’automne, le 21 mars.
La légende raconte que le prêtre Hau Maka, aurait fait le rêve de survoler l’océan quand il aperçu l’île. Les sept Moaïs représenteraient sept jeunes qui auraient été envoyés par le roi Hotu Matu’a pour localiser l’île, l’explorer et trouver la meilleure zone pour débarquer.
Travaux de reconstruction à Ahu Akivi sur l'Île de PâquesLes travaux de reconstruction à Ahu Akivi commencèrent en mars 1960 et se poursuivirent jusqu’en octobre de la même année. William Mulloy et son collègue chilien Gonzalo Figueroa ont travaillé avec une équipe archéologique composée de 25 Rapanui pour les différentes phases d’excavation et de reconstruction. Ce fut la première fouille archéologique sérieuse et la première restauration complète d’un site cérémoniel à l’Île de Pâques. Ils ont utilisé une rampe en pierre et deux grands leviers en bois pour redresser et mettre en place le premier moaï. Ces opérations ont pris un mois, mais ont été réduits à seulement une semaine pour la septième et dernière statue.

Il est nécessaire de présenter son billet à la guérite du parc national avant d’entrer sur le site et garer sa voiture sur le parking qui se trouve un peu plus loin. A proximité il y a une petite boutique proposant de l’artisanat, des souvenirs et où il est également possible d’acheter de quoi manger et boire. Il y a aussi des toilettes publiques payantes (env 500 pesos).

Le meilleur moment pour visiter et prendre des photos est au coucher du soleil, lorsque le soleil couchant illumine les sept statues et met en valeur.

Centre d’intérêt visite de l'Île de PâquesLa grotte d’Ana Te Pahu

La grotte d'Ana Te Pahu sur l'Île de PâquesSituée à environ un kilomètre et demi d’Akivi, se trouve le site d’Ana Te Pahu. Il y a des milliers d’années, l’éruption du petit volcan Maunga Hiva Hiva a créé un réseau de galeries souterraines, de grottes et de cavernes interconnectées dont la longueur totale dépasse les 7 kilomètres. La plus grande caverne de l’île Ana Te Pahu, qui veut dire « la grotte du tambour » est située sur les contreforts du Maunga Terevak. Son nom provient de la mince couche de lave durcie qui recouvre la cavité formant un gigantesque couvercle naturel d’un kilomètre et demi de diamètre. Si vous frappez ou sautez au dessus de l’écorce de lave, une vibration résonne à l’intérieur. Les vestiges de « umu pae », de vieux fours en pierre, montre que cette grotte servait d’habitation aux anciens habitant de l’Île de Pâques. L’une des principales cavité d’Ana Te Pahu est un réservoir d’eau alimenté par les fréquentes précipitations qui sont filtrées par la roche et qui s’accumulent à l’intérieur. Cet étang naturel était particulièrement utile à l’époque où Ana Te Pahu servait de refuge aux anciens Rapanui cachés pendant les affrontements tribales et les recherches d’esclaves qui étaient organisés au milieu du XIX siècle.  Appelée aussi  » la grotte des bananes  » car il y a beaucoup de bananiers à l’entrée et à quelques mètres sous la surface, cette cavité permet de voir des empreintes pétrifiées de l’époque primitive.

Promontoires en pierre de la grotte Ana Te Pahu sur l'Île de PâquesVous pouvez descendre explorer la grotte en apportant une lampe torche et en empruntant prudemment les grandes marches en pierre. Une fois en bas, vous pouvez continuer sur la gauche à travers un couloir entouré de verdure et après avoir parcouru une centaine de mètres, vous tomberez sur un arbre qui s’élève vers l’extérieur à travers une ouverture dans le plafond. En rebroussant chemin jusqu’à l’entrée et en vous dirigeant maintenant vers la droite, s’ouvre une grande ouverture en forme d’arc qui mène à un large tunnel barré par des promontoires en pierre qui protégeaient les occupants de la grotte en obligeant les intrus à entrer un par un. En poursuivant un peu dans l’obscurité, vous atteindrez rapidement une zone éclairée par une grande lucarne au plafond. Dans espace riche en végétation baigné par le soleil et arrosé par la pluie qui pénètrent par le trou, vous pouvez voir un « umu pae », un vieux four formé de pierres rectangulaires. Ensuite la caverne se rétrécit et s’assombrit, si vous ne retournez pas en arrière, vous devrez allumer votre lampe torche et baisser la tête pour continuer l’exploration à travers ce tube volcanique dans lequel se trouve un toit lisse résultant du passage de la lave et de la pression des gaz.

Pour accéder au site, vous devrez traverser un poste de contrôle où il est nécessaire de montrer le billet du parc national.

Centre d’intérêt visite de l'Île de PâquesLa grotte Ana Kakenga

La grotte Ana Kakenga sur l'Île de PâquesA environ 4 kilomètres au nord d’Ahu Tahai en suivant le sentier côtier, se trouve la grotte Ana Kakenga, la plus visitée et attractive de l’île de Pâques. Ana Kakenga est un tube volcanique d’environ 50 mètres de long formé il y a des milliers d’années lorsque la lave encore liquide a coulé de façon souterraine. Cette caverne, comme celle d’Ana Te Pora, a été utilisée comme « Ana Kionga » ou grotte de refuge pendant les luttes qui ont eu lieu entre les différents clans de l’île. Le seul accès disponible est camouflé dans le sol, par des « paengas », des dalles qui ont été utilisées pour réduire l’ouverture naturelle de la grotte à environ 50 cm de largeur. De cette façon, le passage étroit ainsi créé assurait un meilleur rôle défensif contre les envahisseurs possibles. Une légende raconte que cette grotte fut la dernière cachette d’un jeune couple qui a fui leur clan car leur amour était interdit. Afin qu’ils ne soient pas retrouvés, ils ont recouvert l’entrée de la grotte et sont restés à l’intérieur jusqu’à leur mort. La légende ne dit pas s’ils sont morts de faim ou s’ils se seraient jetés dans la mer puisque leurs corps n’auraient jamais été retrouvés.

Entrée de la grotte Ana Kakenga sur l'Île de PâquesSi vous n’êtes pas accompagné d’un guide, il peut être difficile de localiser l’entrée car l’accès n’est pas balisé et ressemble plus à un terrier qu’à un endroit visitable. Il est situé sur le côté gauche du chemin qui descend vers la falaise et commence derrière la clôture en pierre où vous trouverez quelques vieux signaux qui indiquent l’endroit. Vous devez descendre avec précaution en allumant une lampe torche et en baissant la tête car les premiers mètres sont assez difficiles et il n’y a pas beaucoup de place pour avancer. Rapidement l’espace s’élargi et la lumière naturelle vient illuminer le chemin qui abouti à une salle donnant sur deux couloirs divergeant menant à deux grandes ouvertures naturelles situées à 30 mètres de hauteur au dessus de la mer. La grotte Ana Kakenga sur l'Île de PâquesL’ouverture de droite d’environ deux mètres sur deux offre une vue sur les îlots voisins Motu Tautara et Motu Ko Hepoko, tandis que celle de gauche, de forme elliptique, permet d’admirer le bleu intense de l’océan Pacifique bordé par la roche volcanique. Ces deux endroits permettent de faire de magnifiques photographies de couchés de soleil.

Il est seulement possible de s’y rendre en marchant ou en faisant du vélo le long de la route qui commence à Ahu Akivi et qui fait partie du circuit appelé Te Ana « les grottes ».

Centre d’intérêt visite de l'Île de PâquesAhu Te Peu

Site de Ahu TE PEU sur l'Île de PâquesA Ahu Te Peu on trouve les ruines de ce qu’était autrefois un grand village qui s’étendait sur 200 mètres de largeur du chemin côtier jusqu’au bord de la falaise. Depuis le petit parking, vous pouvez voir plusieurs « manavai ». Ces structures circulaires en pierre ont été utilisées pour faire pousser différentes plantes à l’abri des vents et maintenir ainsi l’humidité. On pense que les habitant de l’Île de Pâques on mis en pratique cette méthode de culture en s’inspirant de l’observation de l’écosystème présent dans les cratères des volcans Rano Kau ou Rano Raraku, où la végétation abonde. A proximité du manavai, il y a des édifices « hare moa » constitué de blocs de pierres rectangulaire  avec une petite ouverture tels que décrits dans le précédent paragraphe consacré à Ahu Tahai. En continuant sur la droite, en direction de la mer, on peut apprécier les fondations de plusieurs « hare paenga », anciennes habitations en forme de barques et notamment la plus grande maison bateau de l’île de Pâques d’une longueur de 43 mètres qui serait le « Tore Tahuna », l’habitation du célèbre Ariki Tu’u Ko Ihu. La légende raconte qu’Ariki Tu’u Ko Ihu, marié à la sœur du premier roi Hotu Matu’a, a rencontré des esprits étranges dans plusieurs endroits de l’île, et les aurait  reproduit sous forme de sculptures en bois donnant l’apparence du Moaï Kava Kava.

Tête de Moai de Ahu TE PEU sur l'Île de PâquesDevant la falaise se trouvent les restes de deux plateformes cérémonielles (ahu) où l’on trouvent plusieurs statues moaïs brisées avec des têtes à demi enterrées. L’arrière de la plate-forme de droite présente un mur imposant fait d’énormes blocs de pierre assemblés avec minutie et présentant des trous servant de fondations aux anciens baraquements. Il y a aussi plusieurs statues de moaïs effondrés. La légende raconte que peu de temps après sa mort, le roi « Hotu Matu’a » a été transféré et enterré à l’Ahu Akahanga, contrairement à sa soeur « Ava Rei Pua », épouse du pré-nommé Ariki Tu’u Ko Ihu, qui a été enterrée à l’Ahu Te Peu. Des recherches récentes ont établi qu’une relation astronomique et géométrique existait entre deux sites où furent enterrés le frère et la sœur d’origine royale. Les chercheurs ont démontré qu’en regardant le coucher du soleil au solstice d’hiver de l’Ahu Akahanga, situé sur la côte sud-est de l’île, le dernier rayon de soleil se dirige vers la tombe d’Ava Rei Pua, à l’Ahu Te Peu. De la même manière, de l’Ahu Te Peu au nord-ouest de l’île, il est possible de voir le soleil se lever en direction d’Akahanga, la tombe du roi Hotu Matu’a, à l’aube au solstice d’été.

Ahu Te Peu est situé sur la route qui borde la côte nord, à un kilomètre au nord d’Ana Te Pora et à un kilomètre au nord-ouest d’Ana Te Pahu, Repère 5 sur notre carte interactive. Il est nécessaire de présenter le ticket du Parc National aux points de contrôle.

Centre d’intérêt visite de l'Île de PâquesAhu Nau Nau

Site de Ahu Nau Nau sur l'Île de PâquesSitué au nord de l’Île de Pâques, entouré de palmiers, de sable blanc et bordé par la plage d’Anakena, l’Ahu Nau Nau procure sans aucun doute, l’une des plus belles vue que l’on puisse avoir à l’île de Pâques. C’est l’endroit de l’Île qui vous permettra d’associer le plaisir d’une baignade dans les eaux turquoises de l’océan pacifique et la découverte d’un site historique. L’Ahu Nau Nau est situé à environ 150 mètres de la plage d’Anakena, dominant cet endroit magique considéré comme le berceau de l’histoire et de la culture de l’île de Pâques. C’est ici que, selon la tradition orale, les chefs de haut rang du puissant clan Miru établirent leur résidence, et où le premier roi de l’île, l’Ariki Hotu Matu’a, débarqua avec son peuple pour établir la première colonie originaire de la culture Rapa Nui. La première construction à Anakena pourrait avoir été édifiée entre 200 et 300 ans avant la première construction de l’ahu, ce qui indiquerait qu’Anakena serait l’un des plus anciens lieux habités de l’île. En effet, les différentes fouilles archéologiques opérées sur le site d’Anakena ont révélé qu’il y aurait eu au moins trois périodes de construction sur cette plateforme cérémonielle, avec une première construction appelée Nau Nau I, remontant à 1100 après JC suivi par une phase intermédiaire, Nau Nau II, entre l’an 1190 et l’an 1380  et enfin une dernière édification estimée entre l’an 1300 et l’an 1400 connue sous le nom de Nau Nau III.

L’Ahu Nau Nau est traditionnellement connu sous le nom de l’Ahu Ature Hoa, sépulture de « Vakai », l’épouse du Roi Hotu Matu’a. Le nom actuel de la plateforme cérémonielle aurait pour origine le « Naunau » ou « nau opata », un arbuste maintenant disparu de l’Île de Pâques de la famille du bois de santal. Cette plante utilisée autrefois pour faire un parfum, produisait des fruits nutritifs en forme de noix qui auraient été apportés par le premier roi de l’île et ses disciples, de leur pays natal pour se nourrir pendant les premiers jours de la colonisation de Rapa Nui.

Oeil de Moai retrouvé sur l'Île de PâquesLorsque les statues de l’Ahu Nau Nau ont été renversées pendant les différents affrontements entre les clans de l’île, elles se sont progressivement enfouies dans le sable de la plage, et se sont ainsi retrouvées à l’abri de l’érosion. Les travaux de restauration effectués entre 1978 et 1980 par l’équipe dirigée par l’archéologue Rapano et Sergio Rapu ont redonné son ancienne splendeur à l’Ahu Nau Nau qui est la plateforme cérémonielle la mieux préservée des trois qui ont été construites à Anakena. Pendant les fouilles, l’archéologue Sonia Haoa, qui a mis à jour des fragments de corail blanc et un disque de scorie rouge en creusant près d’un moai renversé et à moitié enterré dans le sable. Les restes retrouvés, une fois assemblés, formaient un œil d’environ 35 cm de long, parfaitement adapté à l’orbite vide du moai. Les quatre fragments qui reconstituent presque entièrement l’œil sont actuellement exposés au Musée Anthropologique Sebastian Englert de l’île de Pâques. Les détails des Moaïs présents sur l’Ahu Nau Nau ont les traits du visage, du nez, des oreilles et des mains qui sont finement sculptés et légèrement plus pointus que les autres Moaïs, de même que les pukao (chapeaux) très bien restaurés, laissant découvrir une forme conique inhabituelle sur la première statue.

Sur le côté droit de l’ahu Nau Nau, nous trouvons d’autres coiffes pukao et un moaï couché complètement érodé avec le visage visible dont les orbites non pas été creusées laissant penser qu’il n’a jamais été érigé sur la plate-forme. Un peu plus sur la droite, à côté des restes des fondations d’une maison « hare paenga », une autre tête de statue plus ancienne de forme arrondie gît sur le sol. Les différents vestiges de moaïs retrouvés sur le site laissent penser qu’à l’origine une douzaine de statues auraient fait partie de la plateforme cérémonielle, mais pas plus de huit d’entre elles n’auraient été érigées sur l’Ahu en même temps.

ancienne tête de moaï incorporée sur l'Île de PâquesA l’arrière du mur de l’ahu Nau Nau on peut voir une ancienne tête de moaï incorporée horizontalement faisant face au visiteur. Celle-ci auraient pu être rapportée d’une autre plateforme cérémonielle ou réutilisée de l’ahu précédent afin de transmettre le pouvoir sacré ou « mana » de l’ancienne statue à l’édifice. Il y a aussi une série de pétroglyphes sculptés représentant deux oiseaux volant. Au dos d’un des Moaï, en dessous de son torse, une pierre à moitié enterrée dans le sable laisse apparaître deux figures humanoïdes avec de grandes oreilles en position verticale. Détails au dos des Moaïs présents à Ahu Nau Nau sur l'Île de PâquesL’un des autres moaï présente un relief similaire avec une longue queue. Selon différentes interprétations, il s’agirait d’êtres mythologiques tels que « tangata moko », l’homme lézard, ou bien le dieu « Tane » représenté par un singe. Les dos des Moaïs ont également des motifs géométriques en relief représentant une sorte de ceinture à la hauteur des hanches, des symboles en forme de lettres M ou Y, ainsi que des spirales sur les fesses qui pourraient être d’anciens tatouages ​​ou peintures corporelles.

A droite, surplombant la mer, au pied de la colline de Maunga Hau Epa, il y a l’Ahu Ature Huki qui supporte un moai solitaire, plus robuste et plus vieux que ses voisins de l’Ahu Nau Nau.Ahu Ature Huki sur l'Île de Pâques Cette statue au visage érodé a été le premier moaï à avoir été redressé sur l’île par le célèbre explorateur norvégien Thor Heyerdahl, qui lors de son séjour sur l’île en 1956 a encouragé plusieurs insulaires à relever la statue. 18 jours de dur labeur ont été nécessaires à une douzaine d’hommes équipés de poteaux en bois, et de cordes fin de soulever progressivement la gigantesque statue en faisant levier sur un amas de pierres avec des poutres.

Il est nécessaire d’acheter à l’avance le ticket pour le parc national de Rapa Nui  pour accéder au site.

Centre d’intérêt visite de l'Île de Pâques Le village cérémoniel d’Orongo

village cérémoniel d'Orongo Île de PâquesLe village cérémoniel d’Orongo est l’un des sites archéologiques les plus mystérieux et spectaculaire où les anciens rituels perdurent toujours au travers des compétitions du festival Tapati Rapa Nui. Ce site historique est situé au sud-ouest du volcan Rano Kau, le long d’une bande étroite entre le bord du cratère et la falaise qui descend perpendiculairement à la mer et face aux Îlots Iti et Motu Kao Kao.

Le village d’Orongo était habité de façon saisonnière par les chefs et les personnes importante des anciennes tribus, qui espéraient recueillir le premier œuf sacré de l’oiseau « manutara » au printemps. Cette célébration en l’honneur du dieu créateur Make Make, atteignait son apogée lors de la compétition Tangata Manu. Ceux qui participaient à cette cérémonie vivaient dans des maisons spécialement construites à cet effet.

Vers la fin du XVIIe siècle, on ne sait pas vraiment en détail comment cette cérémonie « tangata manu », célébrée sous la forme d’une compétition, est née. Il semblerait qu’une fois le culte des Moaïs abandonné, les groupes tribaux qui s’opposaient pour la prise du pouvoir auraient mis en place cette compétition annuelle à Orongo. Ils reconnaissaient ainsi au vainqueur, le privilège de jouir d’une série de droits et d’avantages pendant toute la durée de son mandat.

Ilots Motu Kau Kau- Motu Iti - Motu Nui Île de PâquesOn pense que c’est en voyant les hirondelles qui parcouraient des centaines de kilomètres chaque année pour rejoindre les trois îlots Motu Kau Kau, Motu Iti et Motu Nui, pour y pondre leurs œufs, que fut déterminer l’organisation de la cérémonie religieuse la plus importante de l’île. C’est à l’approche du printemps austral, de juillet à septembre que les plus puissantes tribus organisaient la compétition en se réunissant dans le village de Mataveri, puis montaient à Orongo avec un représentant de leur clan appelé « hopu manu ».

Le but de la compétition était de recueillir le premier œuf de la saison. Pour y parvenir, les participants devaient nager sur 2 km jusqu’à « Motu Nui » dans les eaux dangereuses infestées de requins, sur des radeaux en roseaux appelés « Pora ». Une fois sur l’îlot, ils devaient attendre des semaines et l’arrivée des oiseaux pour découvrir le premier œuf du printemps. Une fois le tout premier œuf découvert, le chef du clan représenté par le gagnant, obtenait alors le titre d’homme-oiseau. Considéré comme demi-dieu, on le disait envoyé par Make Make, la divinité suprême Rapanui, et devenait pour un an, l’interlocuteur entre les dieux et les hommes.

maisons en pierre Orongo Île de PâquesLes premières maisons en pierre semblent avoir été construites vers 1400 après Jésus Christ, d’autres furent édifiée progressivement pour atteindre le nombre de 54 maisons alignées sur le bord du cratère formant ainsi trois ensembles indépendants face à la mer. Presque toutes les maisons ont été pillées ou détruites lors des différentes expéditions européennes et ont été reconstruites plusieurs fois au cours des dernières décennies. Ces maisons ont un sol ovale avec une longueur variant entre 6 et 12 mètres et pour une largeur maximale d’environ 2 mètres et une hauteur sous plafond de seulement 1 à 2 mètres qui empêchait la plupart des occupants de se tenir debout. Les murs épais, construit à partir des plaques de basalte laminaires, appelées « keho » pouvaient atteindre 2 mètres de large. Le toit était formé de dalles plus longues, placées horizontalement sur les murs comme une voûte recouverte d’autres petites plaques et d’une épaisse couche de terre et de pierres sur laquelle poussait l’herbe. Cet empilement donnait de la stabilité et protégeait la construction contre les intempéries. La petite ouverture ne permettant de laisser passer qu’une seule personne à la fois faisait face à la mer. La lumière pénétrait difficilement par cet unique orifice, de sorte que l’intérieur était sombre et n’était utilisé que pour dormir.

À l’intérieur de certaines maisons, on découvre des peintures liées à la cérémonie de l’homme-oiseau, telle que la figure du Tangata Manu ou homme-oiseau, la représentation de l’Ao, le bâton cérémoniel en forme de rame, des visages stylisés et le masque du dieu Make Make avec ses grandes orbites. Nous trouvons également des reproductions de voiliers européens, similaires à ceux trouvés dans la grotte d’Ana Kai Tangata, car les insulaires considéraient les visiteurs européens comme des messagers de l’au-delà, arrivant et disparaissant dans l’océan tels des oiseaux migrateurs. Malheureusement, une grande partie des peintures ont été perdues, pillées par des expéditions successives ou exposées dans plusieurs musées dans le monde.

pétroglyphes Orongo Île de PâquesLes rochers autour du village sont couverts de plus de 1700 pétroglyphes, faisant d’Orongo l’endroit avec la plus forte concentration d’art rupestre sur l’île, avec notamment les dernières maisons situées à l’extrémité inférieure de la falaise. Le  motif qui ressort parmi les centaines de reliefs, est une figure avec un corps humain en position fœtale et une tête d’oiseau avec un long bec qui représente l’être mythologique connu sous le nom de « Tangata Manu » ou l’homme-oiseau. A part quelques rares cas, toutes les gravures apparaissent de profil, dont trois d’entre elles montrent l’homme-oiseau tenant un œuf dans sa main. Plus de 400 représentations présentes sur le site d’Orongo permettent de penser que ces gravures représentent un gagnant de la compétition.

tangata manu Orongo Île de PâquesOutre les abondantes reproductions du « tangata manu », le reste des pétroglyphes montre des animaux tels que des oiseaux de mer, des poissons et des tortues. D’autres, un visage avec de grands yeux, semblable à un masque qui est censé représenter le dieu Make Make, dont certains nez proéminents rappellent les organes génitaux masculins, ou bien une  komari  ou  vulve féminine  qui est la peinture la plus commune de l’art rupestre sur l’île.

Il est nécessaire d’acheter à l’avance le ticket pour le parc national de Rapa Nui pour accéder au site. Bien que l’entrée soit valide pendant 10 jours pour visiter les différents sites important historiquement de l’île, la visite d’Orongo ne peut être effectuée qu’une seule fois.

A Savoir: Festival Tapati Orongo Île de PâquesChaque année pendant la première quinzaine de février, au moment du festival Tapati, l’événement culturel et sportif le plus important célébré sur l’île de Pâques, des compétitions reproduisant certains aspects de cette cérémonie sont organisés. Ainsi nous pouvons voir la descente de la colline et la traversée du lac sur les fameux radeaux en bambous « Pora ». En 2019 il aura lieu du 1er au 16 février.

Centre d’intérêt visite de l'Île de PâquesAhu Vinapú

Ahu Tahira Île de PâquesSitué au bord de la côte sud de l’île, Vinapu est un complexe archéologique au bout de la piste de l’aéroport. Bien que les restes de trois plates-formes aient été découverts, seuls deux « ahu » remarquables se détachent du site par la manière de travailler la pierre qui n’existe nulle part ailleurs en Polynésie et qui a donné lieu à de nombreuses théories qui reliraient la population de l’île avec la culture Inca d’Amérique du Sud.

Sur la plateforme cérémonielle Vinapu I ou également appelée Tahira, principal « ahu » situé à gauche de la route, il y a six statues tombées avec les visages cachés et trois chapeaux « pukao » qui les surmontaient. A l’arrière faisant face à la mer, il y a un autre Moaï enterré dont seule la tête sort du sol, qui est très détérioré à cause de l’érosion et dont les orbites n’ont pas été sculptées, ce qui explique qu’il n’est jamais été érigé sur la plateforme.

Derrière cette statue, composé de gros blocs de pierre pesant plusieurs tonnes, assemblés sans mortier et ajustés avec une grande précision et harmonie, se trouve le mur arrière de l’ahu, offrant une grande ressemblance avec les constructions qui peuvent être observées à la forteresse de Saysachuaman et à la citadelle de Machu Picchu au Pérou. Selon une théorie, Vinapu aurait été construit par l’Inca Tupac Yupanqui lors de son expédition réalisée dans le Pacifique avec un grand nombre de radeaux à voile manœuvré par 20000 guerriers.

Ahu Vinapu Île de PâquesSitué à droite de l’Ahu Tahira, l‘Ahu Vinapu connu sous le nom de Vinapu II est une plate-forme plus ancienne avec cinq Moaïs renversés et plusieurs chapeaux en pierre rouge « pukao » dispersés, dont une énorme coiffe avec une « taheta »,  cavité sculptée pour recueillir l’eau de pluie. Devant l’Ahu, découvert et érigé à nouveau en 1956 par l’archéologue William Mulloy, se dresse une colonne en pierre rouge dans le même matériau que les pukaos. Celle ci représente un Moai féminin comme le montrent les détails érodés de sa surface, et selon certains avis, aurait pu avoir à l’origine deux têtes soutenant un cadre en bois afin de sécher les cadavres avant de les enterrer.

Pour atteindre le site archéologique de Vinapu à partir de la ville d’Hanga Roa, prenez l’avenue Hotu Matu’a qui est parallèle à la piste de l’aéroport Mataveri, en longeant les réservoirs de carburant, tourner à gauche jusqu’à atteindre un deuxième carrefour à droite et suivez le panneau indiquant la route de Vinapù.

Centre d’intérêt visite de l'Île de PâquesPuna Pau

Puna Pau la carrière de pukao sur de Île de PâquesSituée à environ 7 km d’Hanga Roa, cette carrière du petit volcan Puna Pau, accessible uniquement en voiture, est l’endroit où les « pukaos » ont été extraits et sculptés. La visite de ce site est recommandée pour comprendre comment ont été réalisés les grandes coiffes rouges qui ornent les statues.
Malgré qu’il soit interdit de descendre à l’intérieur du cratère Puna Pau, on peut observer à l’intérieur une carrière de scorie rouge ou « hani hani », faite de cendre volcanique d’une grande porosité et d’une rare dureté, montrant une couleur rougeâtre due à l’oxyde de fer présent dans sa composition. Avec cette couleur rouge associée aux rites sacrés et au mana (la force spirituelle), cette pierre aux caractéristiques souple et facile à sculpter, impropre à la construction, était utilisée pour fabriquer divers types d’objets, dont certains était très spéciaux. Parmi eux, il y a une vingtaine de statues de petite taille, des réservoirs pour l’eau, appelés « taheta », des blocs ornementaux et des yeux des Moaïs.

Puna Pau la carrière de pukao sur de Île de PâquesLe sentier balisé d’environ 400 mètres allez et retour commence sur le chemin à droite d’où vous pourrez voir apparaître sur la gauche les premiers « pukaos », puis le chemin monte vers un petit point de vue. D’un côté vous pouvez voir la carrière à l’intérieure du cratère et de l’autre vous pouvez profiter d’une vue magnifique sur la périphérie de Hanga Roa, l’océan Pacifique et les cultures.

Il est strictement interdit de quitter le sentier balisé et de toucher un « pukao ».

Pour s’y rendre en voiture depuis Hanga Roa, prendre l’avenue Hotu Matu’a depuis l’aéroport, et continuer en direction de Vaitea sur la route qui traverse l’île vers  Anakena. Après avoir laissé un carrefour à droite qui mène à Rano Raraku et après avoir parcouru 500 mètres, vous tournerez sur la gauche au panneau indiquant la direction d’Ahu Akivi et de Puna Pau, puis 500 mètres plus loin vers la gauche en direction de Puna Pau. Au bout d’un kilomètre et demi, vous atteindrez un petit parking où vous pourrez laisser le véhicule. L’entrée du site est située juste en face du parking et il est nécessaire de présenter le ticket du parc national. L’endroit est ouvert de 9h00 à 18h00. En arrivant par la route, faire attention aux chevaux qui peuvent traverser sans prévenir et aux trous sur la chaussée.

Centre d’intérêt visite de l'Île de PâquesLe volcan Ma’unga Terevaka ou Terevaka

Le volcan Ma'unga Terevaka Île de PâquesLe volcan Terevaka, avec une altitude de 511 mètres au-dessus du niveau de la mer, est le point culminant de l’île de Pâques. Ses coulées de lave ont créé de nombreux tunnels et cavernes, telle qu’Ana Vai Teka, Ana Te Pahu, Ana Kakenga et Ana Te Pora, qui constituent l’un des plus longs systèmes de grottes volcaniques au monde. Sur toute la circonférence du volcan, il y a des ahus, centres cérémoniels, mais l’accès difficile les a rendus moins connus que ceux situés dans les autres endroits de l’île.

Bien qu’il y ait plusieurs interprétations sur la signification du mot « Terevaka » qui peut être traduit par « extraire ou jeter des canoës », on pense que ce nom proviendrait de l’époque où la montagne était couverte d’arbres et d’où le bois était prélevé. Au pied du Terevaka, on a découvert plus de 400 fondations de maisons carrées et rectangulaires datant de l’an 800 à l’an 1300. À l’intérieur d’entre elles on a trouvé des outils pour travailler le bois. Celles-ci étaient probablement occupées temporairement, par les bûcherons de l’époque chargés de couper les arbres utilisés dans la fabrication des pirogues et autres objets en Bois.

Le volcan Ma'unga Terevaka Île de PâquesIl y a deux points de départ à atteindre avant de commencer l’ascension vers Ma’unga Terevaka. Le premier est en face des anciennes installations de Fundo Vaitea. Pour arriver ici, vous devez prendre la route principale qui traverse l’île menant à la plage d’Anakena et de rouler sur 8,5 km depuis Hanga Roa, ensuite marcher une heure et demie. L’autre accès, plus emprunté, est situé à quelques mètres du site de l’Ahu Akivi (repère N°4 de notre carte interactive), à 5,5 km d’Hanga Roa, le long du chemin d’Ara Piki qui commence à l’église de Santa Cruz. D’ici vous pouvez vous y rendre en un peu plus d’une heure de marche ou en quelques minutes en voiture.

Quel que soit le point de départ choisi, l’ascension vers le sommet du volcan ne peut se faire qu’à cheval, à pied ou en VTT, lors d’une excursion d’environ 4 heures (aller-retour). D’Akivi la longueur du parcours est d’environ 3,5 km et de Vaitea de 4,5 km.

Sommet du volcan Ma'unga Terevaka Île de PâquesAutrefois les chemins étaient également possibles aux véhicules à moteur, mais les voies ont été fermées pour protéger le terrain fragile de l’érosion. Près du sommet, il y a plusieurs cratères qui se détachent parmi les pâturages et qui peuvent parfois induire en erreur le randonneur. Le point culminant de l’île, qui offre une vue panoramique à 360°, est situé le plus au nord et est marqué par un tas de pierres et de bâtons qui est généralement couronné par un crâne de cheval.

Centre d’intérêt visite de l'Île de PâquesVaihu

site de Vaihu Île de PâquesLe site de Vaihu se trouve à 10 kilomètres de Hanga Roa dans une baie entourée de falaises où les vagues de l’océan se brisent. Son nom provient de la « puna » qui signifie «lieu de l’eau», un réservoir d’eau situé près de l’ahu et construit au début du 20ème siècle.

A environ 150 mètres de l’entrée du site, on trouve une grande plate-forme cérémonielle dont la fondation arrière est en forme de demi-cercle, mesure 86 mètres de long et 12 mètres de large et supporte huit statues couchées face contre le sol. Ce lieu, qui n’a pas été restauré, est un bon exemple de la période dite « huri moai » datant de la démolition des Moaïs, qui a eu lieu à partir du XVIIIe siècle à la suite de luttes internes entre les différentes tribus de l’île.

site de Vaihu Île de PâquesAutour de l’ahu, il y a des coiffes « pukao » en pierre volcanique rouge qui couronnaient avant les statues Moaïs. Certaines d’entre elles avaient roulé jusqu’à la côte et ont été récupérées il y a quelques décennies. Devant la plate-forme, sur le sol, il y a un grand cercle de pierres d’environ 10 mètres de diamètre appelé « paina » qui servait autrefois à certains rituels commémoratifs pour honorer les membres de sa famille.

Moai solitaire site de Vaihu île de PâquesÀ gauche de la route qui mène à l’ahu, vous pouvez voir un Moai solitaire déterré et érigé de nouveau en 2002. Pendant des siècles, Vaihu a été un lieu privilégié par les habitants de l’Île de Pâques en raison de son accès facile à la mer. Actuellement, la petite crique est encore utilisée comme petit port de pêche où les locaux passent le week-end, pêchent depuis le rivage et préparent ensuite un « tunu ahi » où ils font cuire le poisson sur des pierres chaudes, qu’ils partagent  en famille.

Pour arriver en véhicule depuis la ville d’Hanga Roa, prendre l’avenue Hotu Matu’a en direction d’Anakena et tourner à droite au carrefour indiquant la direction de Rano Raraku et continuer sur environ 6 kilomètres.

Centre d’intérêt visite de l'Île de PâquesAhu Akahanga

L’Ahu Akahanga peut être considéré, pour son histoire et pour son nombre de statues, comme l’une des plus importantes plateformes cérémonielles de l’ île de Pâques.

Ahu Akahanga île de PâquesLe site de Akahanga ou Aka Hanga, est un ancien village près d’une petite baie « hanga », sur la côte sud de l’île. Après avoir franchi une imposante statue en bois représentant le roi Hotu Matu’a et le mur d’enceinte, se trouvent les fondations en pierre de plusieurs maisons « hare paenga » en forme de barques. Devant chaque maison, on retrouve la petite terrasse carrée, pavée de rochers ronds « poro nui » ainsi que des « umu pae » ou vieux fours constitué de 5 pierres « Pae » signifiant cinq en langue Rapanui.

Sur la droite face à la mer, il y a une petite grotte appelée « Ana Akahanga » qui était utilisée comme refuge temporaire par les pêcheurs, pour s’abriter de la pluie ou y passer la nuit. La grande plate-forme de 18 mètres de long jamais restaurée de l’Ahu Akahanga est sur la gauche face à la mer. Ce site permet ainsi de se faire une idée de l’état dans lequel se trouvaient tous les « ahu », à l’époque de la décadence de l’île. Ce site cérémoniel possède 13 moaïs, entre 5 et 7 mètres de hauteur,  renversés, et plusieurs coiffes pukao en pierre volcanique rouge.

Ahu Akahanga île de PâquesA l’arrière de la plateforme, il y a un crématorium, une rampe qui servait à débarquer les canoës et un petit Moaï d’environ 2 mètres qui repose sur le dos à l’intérieur d’un cercle de pierres. Sa sculpture rustique et son état avancé d’érosion, suggèrent que c’est l’une des premières statues sculptées sur l’Île de Pâques.

Selon la tradition orale, le premier roi de l’île, le légendaire Ariki Hotu Matu’a a été enterré dans cet endroit.

Il est nécessaire d’acheter à l’avance le ticket pour le parc national de Rapa Nui, car celui-ci sera réclamé à l’entrée du site.


icon-exclamation-circle   si vous connaissez un bon plan pour cette escale, n’hésitez pas à nous en faire part via le formulaire de contact ou le forum réservé à cette escale. (merci d’avance).

À propos de Hervé

Couple 47/52 ans Croisière tour de la méditerranée Costa Pacifica 2011, Tour du monde Costa Luminosa 09/2015, Norvège Costa neoRomantica 2016, Méditerranée Costa neoClassica 2017, Tour de la Baltique Costa Pacifica 2017. En préparation de leur deuxième croisière tour du monde qui partira avec le Costa Luminosa le 10 Janvier 2019 de Marseille avec un changement de bateau à Singapour pour prendre le Queen Victoria de la compagnie Cunard et revenir par l'Afrique du Sud au port de Southampton en Angleterre.
Ce contenu a été publié dans Escales, Île de Pâques, TDM 2019, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.