Jour 51 Escale dans la baie de Waitangi en Nouvelle Zélande

Print Friendly, PDF & Email

DSC07346

La nuit a été un peu agitée et nous avons mal dormi à cause de cette toux persistante, mais je suis quand même de bonne heure debout pour faire la queue à la distribution des tickets de débarquement en chaloupe. En effet ce mercredi 3 novembre 2015, le Costa Luminosa a jeté l’ancre au beau milieu de la baie de Waitangi, au nord de l’île du Nord en Nouvelle Zélande, et le débarquement se fera en chaloupe. J’arrive 20 mn avant l’heure de distribution, et il y a déjà du monde qui attend avant moi. Je prends 6 tickets car les deux Michel, Jocelyne et Alain descendront à terre avec nous. Le numéro 28 nous est attribué, je remonte à la cabine et nous allons déjeuner. A peine fini notre petit déjeuner, les haut-parleurs du bateau annonce les numéros 27 et 28 prêts à l’embarquement en chaloupe! Il ne faut pas que nous loupions notre tour et c’est précipitamment que nous retournons en cabine chercher notre sac à dos et nos blousons. Nous descendons quatre à quatre les escaliers, pas le temps d’attendre l’ascenseur, et nous arrivons à temps dans la chaloupe qui ne tarde pas à partir.

DSC07303

Vingt minutes plus tard notre embarcation nous dépose au Waitangi Wharf, situé à 25mn à pied de Paihia, et nous montons dans la navette gratuite pour rejoindre la ville. Le parcours ne dure pas très longtemps, et quelques minutes plus tard, nous prenons le ferry Paihia-Russell Express qui nous dépose à Russell de l’autre côté de la baie, au lieu dit « Kororareka », qui veut dire en Maori « le pingouin doux ». Ce lieu est l’un des premiers endroits où s’établirent les Maoris, mais celui-ci devint le lieu maudit du Pacifique lorsque les baleiniers du monde entier s’ancrèrent dans la baie.

La ville n’est pas très grande et c’est sans peine que nous trouvons le petit musée de Russell. En achetant les tickets d’entrée nous apprenons que nous pouvons visiter un autre site et pour 16$, soit 6$ NZ de plus nous décidons de découvrir les deux. L’endroit n’est pas très grand, mais accueille tout de même une très belle reproduction d’un trois mâts d’environ 6-7 m de long, des vitrines remplies de toutes sortes d’objets historiques comme des armes et des outils pour marin, des mâchoires de cétacé et de requin, une pirogue, une énorme langouste taxidermisée et des lithographies. A l’extérieur une baleinière est exposée sous un  hangar.

Nous longeons le bord de mer pour rejoindre La mission Pompallier, le premier bâtiment français construit par les missionnaires abritant une imprimerie d’époque, ainsi qu’un atelier de traitement des peaux de cuir. Après la visite de la petite boutique proposant une étagère pleine de produit français tels que des galettes « St Michel » et des confitures « Bonne Maman », nous assistons à une démonstration d’impression d’une lithographie avec la participation d’Isabelle qui pressera le document. Nous passons à l’extérieur par la tannerie, et montons le petit sentier qui nous amène au sommet de la colline surplombant la mission et offrant une magnifique vue sur la baie et ses alentours.

Après quelques photos, et le temps d’apprécier le paysage nous rejoignons le « Russell Town Hall » où divers artisans proposent des objets d’art en pierres locales, en ivoire de touches de piano recyclées, et de patchwork.

Nous nous arrêtons au restaurant « Sallys », l’ardoise murale annonce des « chowders » de poissons, moules et crevettes, et des moules frittes pour un tarif raisonnable, nous optons pour ce choix avec une bonne bouteille de sauvignon Néo-Zélandais. Il est demandé de régler d’avance et nous nous installons à l’extérieur face à la baie. Le Sauvignon est bien frais et nous trinquons à notre escale à Waitangi. Telle n’est pas notre surprise lorsque nous voyons arriver nos plats, ce que nous croyons être une assiette de la mer avec du poisson et des crustacés s’est métamorphosée en soupe crémeuse de poisson avec deux tranches de pain et un peu de beurre, et les moules frittes se sont transformées en galette de pomme de terre et de moule fries avec une salade, cela est tout de même très bon mais déconcertant. Nous découvrirons plus tard sur le panneau du restaurant que le chowder est une spécialité mondialement connue!.

A 13h00 nous reprenons le ferry dans l’autre sens pour rejoindre Paihia et le « Village Green et Craft Market », un espace vert aménagé avec des stands d’artisans proposant leur production locale. Non loin de là, un hélicoptère décolle et atterrit toutes les 20mn dans un bruit assourdissant car celui-ci propose des découvertes aériennes de la baie. Un stand original propose d’anciens et modernes kaléidoscopes, Isabelle ne résiste pas à l’envie de jeter un coup d’œil dans un des magnifiques objets présenté. Un autre exposant vend des savons ressemblant à s’y méprendre à des pâtisseries. Il y a aussi beaucoup d’objet fabriqués à partir de nacre d’huitre, et de pierre de Jade.

Une petite plage est non loin de là et je recueille le précieux sable pour notre collection, et partons visiter la « St Paul Church », magnifique église Anglicane en pierre noire et son très bel harmonium.

Nous finissons l’après midi en visitant les boutiques de la ville et dénichons la fameuse liqueur de kiwi que nous avons chercher toute la journée sans pouvoir y mettre la main dessus, nous commencions à douter de son existence!  Les deux petites fillettes d’environ 6 cl, l’une à base de kiwi vert et l’autre de kiwi jaune finirons dans notre musette, et une dégustation en cabine.

Nous reprenons notre « free shuttle » et embarquons dans la chaloupe, ce soir nous partons pour l’Australie où nous arriverons à Sydney dans deux jours et demi.

Suite du compte rendu de notre croisière tour du monde

À propos de Hervé

Couple 45/50 ans A participé au tour du monde avec le Costa Luminosa en Septembre 2015 au départ de Savone.
Ce contenu a été publié dans Bay of Islands (Nouvelle-Zélande), Escales, Nous suivre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.