Jour 31 :On retrouve le bateau à San Francisco

Print Friendly, PDF & Email

DSC05067

Cette journée du 14 octobre 2015 sera synonyme de retrouvaille avec le Costa Luminosa et les passagers de cette croisière autour du monde. Je me lève à 7h15, et après m’être apprêté, je descends explorer les alentours, le temps qu’Isabelle finisse de se préparer, pour trouver de quoi déjeuner. De retour à l’hôtel, nous bouclons nos valises, remettons les clefs de notre chambre, et déposons nos bagages dans le coffre de la voiture. A quelques centaines de mètres de là se trouve le café-restaurant que j’ai repéré plus tôt, et nous y déjeunons rapidement. Nous reprenons la voiture, et la déposons vers 8h45 à l’agence de location, en faisant remarquer les petits soucis rencontrés. Nous obtiendrons une réduction de 100$ pour la peine.

Nous nous rapprochons tranquillement du port en visitant la ville, équipés de tout notre barda. Tout à coup nous voyons au loin se découper la silhouette de la cheminée du bateau au dessus des immeubles, contrat rempli, nous sommes revenus à bon port. Arrivés dans le terminal de croisière à 9h30, les préposés à la sécurité font barrage car ils ne comprennent pas pourquoi des nouveaux passagers veulent embarquer dans le bateau, alors qu’ils n’ont pas été informés de la situation. Même la présentation de nos cartes d’identification du navire n’y fait rien. C’est après leurs avoir expliqué notre périple depuis San Diego, qu’ils se décident à nous laisser enfin regagner le navire.

A l’entrée de celui-ci, nos cartes d’identification ne fonctionnent plus, et l’officier de bord qui nous a reconnu, nous met quand même en quarantaine à l’entrée du bateau, le temps que nos nouvelles cartes soient initialisées. Pendant ce temps là, de nombreux passagers nous reconnaissent, et nous expriment leurs joies de nous voir de retour sur le bateau et cela nous fait très plaisir. L’affaire dure une bonne demi-heure, nous regagnons la cabine, celle-ci est descellée et nous pouvons enfin déposer nos bagages. Tout a dû être coupé pendant notre absence car il n’y a plus d’eau disponible, celle-ci reviendra plus tard dans la journée. Après avoir rangé nos affaires, nous repartons pour visiter Alcatraz. C’est à deux pas de là que nous apprenons au guichet, qu’il n’y a plus de billets disponibles pendant la durée de notre séjours à San Francisco, c’est râpé! Nous nous rabattons sur une visite de la baie en bateau avec le tour de l’île d’Alcatraz, comme dit le proverbe: faute de grive, on mange des merles! Faute de voir l’intérieur on se contentera d’en faire le tour…

Nous retournons au bateau pour y déjeuner et nous tombons sur nos amis Jocelyne et Alain, cet après midi, nous partirons nous balader ensemble en ville. Après s’être restaurés, nous achetons des tickets « Big Bus » pour la tournée des sites touristiques principaux de la ville en y incluant la visite nocturne. Celle-ci s’effectue avec un bus à deux étages dont l’étage supérieur est à l’air libre, c’est ici que nous nous installons. La visite est audio guidée en français, ce qui est un plus pour comprendre l’histoire de la ville. Cette balade intéressante dure 3 heures, l’air se rafraîchit peu à peu, et à la descente du bus nous partons acheter des polaires plutôt que de perdre du temps à retourner au bateau. De toute façon, ce n’est pas perdu, cela servira en France à notre retour pendant l’hiver.

La visite nocturne ne va pas tarder à démarrer, il est 19h15 quand nous arrivons au point de rendez-vous de départ de cette virée nocturne, la file d’attente est impressionnante. Le bus qui est déjà là se remplit très vite, et la queue diminue peu à peu. Cela va bientôt être notre tour, il ne reste qu’une vingtaine de personnes devant nous, le chauffeur annonce qu’il ne reste plus que deux places, et qu’il n’y aura plus de nouveau car. Il faut revenir demain soir pour pouvoir faire la tournée. Je vais voir une des préposées présentes, « Mais cela n’est pas possible pour nous, nous serons repartis demain à 13h00 », elle ignore ma réflexion, entre dans le bureau, et disparait derrière son comptoir. Je commence à m’agacer un peu, et exige le remboursement du supplément nocturne, celle-ci me rétorque qu’il n’y aura aucun dédommagement que c’est comme cela un point c’est tout!. Je commence à hausser le ton, et demande les coordonnées de ses responsables pour faire une réclamation. Un autre employé, qui doit avoir plus de responsabilités, intervient alors, et décide de mettre un bus supplémentaire à disposition. Nous avons obtenu gain de cause, et c’est environ une trentaines de personnes qui s’engouffrent dans le nouveau bus dès son arrivée. Nous nous retrouvons tout les quatre à l’avant du bus juste derrière le pare-brise, il ne fait pas chaud car il n’y a pas de toit mais nous sommes équipés en conséquence avec nos nouvelles polaires. Le bus part enfin, et la visite n’offre au début pas grand intérêt avec ses rues peu éclairées. Nous passons devant le palais des arts, traversons un parc où l’on ne voit rien, la brume nous envahie, et l’humidité devient très pénible. Arrivés au point de vue sud du Golden Bridge, le car s’arrête, et le chauffeur nous apporte des petits ponchos en plastique que nous enfilons sans hésiter. Une grande partie des gents qui avaient pris place avec nous à l’étage en profitent pour descendre à l’abri au rez-de-chaussée, et le véhicule reprend sa route vers le centre ville. Avec le vent, nos ponchos se gonflent, et nous passons un bon moment à rire de nos allures de Bibendum. Une fois arrivés dans le centre ville, la brume et son humidité disparaissent, nous descendons la rue California (celle de notre hôtel de la nuit précédente), traversons Chinatown et empruntons le niveau inférieur de l’imposant San Francisco – Oakland Bay Bridge, qui était auparavant utilisé par une voie de chemin de fer, mais qui a été converti en voies supplémentaires en sens unique avec le développement du trafic automobile. Nous parcourons rapidement la traversée jusqu’à « Treasure Islande » où nous nous arrêtons pour admirer la vue imprenable qui s’offre à nous sur la ville et le pont illuminés. De l’autre côté de la baie nous voyons distinctement se découper l’imposante silhouette bleu et jaune du Costa Luminosa, la luminosité n’est pas suffisante pour mon appareil et les photos ne seront pas de bonne qualité. Nous retournons vers la ville de San Francisco en empruntant le niveau supérieur du pont qui est également en sens unique, mais dans l’autre sens. La traversée offre une vue exceptionnelle sur la baie, la ville et le port de San Francisco. Rien que pour cela, cela valait bien la peine de se fâcher et insister pour avoir le bus supplémentaire et réaliser ce tour d’environ 1h30.

Nous descendons du bus et nous dirigeons vers le « pier 43 », où nous avions repéré plus tôt des restaurants spécialisés dans la préparation du crabe, spécialité culinaire de la ville de San Francisco. Nous sommes attirés par la façade du Pompei’s Grotto, le menu affiche un plat de crabe, de moules, de coques et de crevettes dans une généreuse sauce tomate maison, c’est décidé, nous pénétrons tous les quatre dans le restaurant avec la ferme intention de nous en mettre plein les papilles. Nous passons commande, et le garçon nous conseille un petit vin blanc Californien qui se mariera à merveille avec nos plats. Nous enfilons nos bavoirs à l’effigie du « Craby », et passons à l’attaque de cette délicieuse soupe de crabe. Nous sortons repus du restaurant vers 22h30, en nous félicitant d’avoir choisi ce restaurant et  vers 23H00 nous nous couchons très contents de notre journée.

Suite du compte rendu de notre tour du monde

À propos de Hervé

Couple 45/50 ans A participé au tour du monde avec le Costa Luminosa en Septembre 2015 au départ de Savone.
Ce contenu a été publié dans Escales, Nous suivre, San Francisco. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.