Jour 28 Escapade en Californie, Las Vegas / Los Angeles

Print Friendly, PDF & Email

DSC04053

Nous nous réveillons à 6h30 ce matin 11 Octobre 2015, contents d’avoir passé une bonne nuit dans cet hôtel à l’écart du brouhaha incessant qui règne sur le Strip. Hier soir, le Luminosa, nous a laissé en Californie, et a quitté San Diego pour rejoindre Los Angeles au petit jour.Je descends à la réception pour voir s’il est possible de prendre un petit déjeuner, car dans l’excitation de la veille, j’ai oublié de le demander. L’hôtesse me prévient qu’ils n’assurent pas les petits déjeuners, mais qu’une cafetière et une bouilloire sont à disposition dans la salle de lecture. Nous achetons quelques barres énergétiques et nous nous résignons à nous contenter d’un simple café et d’un thé. Nous constaterons plus tard que c’est la règle dans la majeur partie des hôtels aux Etats Unis, pas de petit déjeuner continental, il faut se débrouiller hors de l’hôtel…
Nous prenons la route vers 8h30, mais il nous reste un gros problème à régler…
Dans la précipitation de la veille, j’ai complètement oublier de demander au loueur quel type de carburant je devais mettre dans la voiture. Aussi bête que cela puisse paraître, cela n’est pas marqué sur les papiers du véhicule, ni dans la « carte d’identification », ni dans le bouchon, cela se complique, ni dans une des portières, et encore moins sous le capot! Mes capacités en mécanique sont plus que limitées, mais sur le moteur il y a marqué « 16V », j’en conclu quand même qu’il doit s’agir d’essence et pas de gas-oil. Je trouve sur le GPS la première station qui se situe à deux pâtés de maison, et quelques instants plus tard, je me gare à la pompe. Je regarde autour de moi, pas de personnel à l’extérieur, mince, il va falloir se servir tout seul. Je suis devant les quatre pistolets, bon si on enlève le premier qui est pour les véhicules diesels, il n’y en a plus que deux à supprimer… J’hésite, puis crois me rappeler avoir lu sur un forum lorsque je préparais notre voyage, que quelqu’un avait dit qu’il mettait toujours le moins cher, ma décision est prise, ce sera celui-ci appelé « Regular ».
J’attrape donc mon portefeuille, dégaine ma carte bleu, l’introduit dans le lecteur prévu à cet effet. L’afficheur me demande dans un anglais parfait si je veux payer à crédit ou comptant, et me demande de composer le code. Jusque là me direz-vous, pas de soucis, cela à l’air de se passer normalement. Mais c’est maintenant que cela se complique, la bête est difficile à dompter, elle se rebelle, ne se laisse pas faire et refuse mon code de carte bancaire en m’invitant à voir le problème avec un préposé de la station… Je me présente donc à l’intérieur, explique que je suis français et qu’il va falloir me parler lentement (cela permet de mettre tout de suite en condition la personne qui comprend vite que si elle ne veut pas répéter 30 fois, il va falloir qu’elle fasse aussi un effort dans sa prononciation!), je lui explique que c’est mon premier plein aux states, et que ma carte est récalcitrante. Il m’invite à le suivre jusqu’à mon véhicule, introduit ma carte dans le lecteur, me demande si je veux payer à crédit, et au lieu de me demander de composer mon code, il compose directement ce que je pense être le code postal de la station, décroche le pistolet et fait le plein. C’était bien du « Régular » qu’il fallait donner. Je remercie le serviable employé en lui glissant un petit billet de 5$, et nous repartons soulagé, tout compte fait, cela ne c’est pas trop mal passé.

Nous laissons Las Vegas dans notre dos, espérant pouvoir y retourner un jour, car une seule soirée est bien insuffisante pour pour une telle ville.
La voiture est confortable et nous avalons les kilomètres sans nous en rendre compte, découvrant de nouveaux paysages et le changement de la végétation au fur et à mesure que nous nous rapprochons de la côte.
C’est affamés, que nous arrivons vers 14 heures à l’hôtel San Piper Motel de Los Angeles situé à South Central Avenue toujours fidèlement guidé par notre tablette. Nous prenons rapidement possession de notre chambre, c’est pratique, la voiture est garée juste devant celle-ci. La chambre est spacieuse, bien équipée, par contre la salle de bain est à rafraîchir! Pas de temps à perdre, il faut se restaurer, nous enfilons nos casquettes, mettons un peu de crème solaire car il fait plus de 38° dehors et partons en quête de trouver à manger. Histoire de ne pas perdre trop de temps, nous décidons d’entrer dans le Mac Do au coin de la rue, au moins on connait la nourriture, et même si cela n’est pas terrible, nous pourrons partir à l’assaut de L.A rapidement. Isabelle apprendra à ses dépends, en arrosant généreusement sa salade avec une vinaigrette pimentée, que les sauces ne se sont les mêmes entre l’Europe et les USA!

DSC04030
C’est le ventre plein que nous nous dirigeons vers le centre ville à pied. Je passe à coté d’une cabine téléphonique, il y a un numéro de taxi collé sur le combiné, je glisse une pièce de 25 cents dans l’appareil et tombe sur un opérateur à l’accent mexicain… Une fois de plus cela ne sera pas simple de lui expliquer où nous sommes, mais nous y arrivons quand même, et quelques minutes plus tard, après avoir vu quelques véhicules de police toutes sirènes hurlantes passer devant nous à fond la caisse, un véhicule particulier se gare en nous faisant signe.
Je m’approche hésitant, serait-ce le taxi commandé, mince, c’est pas un taxi officiel…Le gars au volant me demande si c’est moi « Hervy », et me dit d’entrer dans le véhicule. J’hésite encore, mais nous pouvons difficilement reculer, je lui demande le prix pour aller à Hollywood Walk of Fame, il tape l’adresse sur son appli google map, ce sera 35$ pour les 11 miles, nous nous engouffrons dans la voiture qui part aussitôt. A peine avoir fait quelques centaines de mètres, le chauffeur arrête brusquement son véhicule sur le bas côté, nous sommes encore doublés par une voiture de polices qui tourne à gauche au carrefour suivant. Nous nous remettons en route, et au passage nous pouvons voir des ambulances et de nombreuses voitures des forces de l’ordre, le chauffeur nous explique qu’il vient d’y avoir un règlement de compte par balle!

Nous sommes maintenant à Hollywood boulevard, nous descendons la rue en observant les étoiles avec les noms des acteurs sur le sol, mais il n’y a pas que des personnes issues du cinéma, il y a aussi des personnes célèbres de la radio ou de la télévision, je découvre même l’étoile célébrant les astronautes d’Apollo 11.
Ici ou là, il y a des personnes qui nous sollicitent pour partir à la découverte de Beverly Hill et des curiosités d’Hollywood dans des minibus. Nous pensons que cela serait une bonne façon de voir un maximum de choses, et après avoir négocié le tarif adulte à 30$ par personne (au lieu de 35$), nous patientons en achetant quelques cartes postales, dans la petite échoppe d’à côté, qui est tenue par un français…
Peu après nous montons dans le petit van cabriolé avec lequel , pendant les deux heures de visite nous verrons les hauteurs d’Hollywood Hill avec son célèbre « Sign », passerons à côté des somptueuses villas d’Elvis Presley, Michael Jackson, Marilyn Monroe, Jackie Chan, Franck Sinatra, Tom Cruise, Al Pacino, Simon Cowell, Katy Perry et bien d’autres que je ne connais pas ou oublié les noms … Nous ferons ensuite la visite des plus belles rues d’Hollywood en passant par Rodéo Drive avec ses boutiques de luxe , et autres maisons célèbres telles que le Whiskey à Gogo, le Beverly Hills Hôtel… Le chauffeur qui est une femme et sert de guide, ne parle malheureusement pas français et je ne parviens pas à tout traduire à Isabelle, mais nous sommes contents tout de même de ce super tour, malgré la conduite un peu speed de la conductrice.
Nous sommes re-déposés à Hollywood boulevard, et partons nous restaurer au Buffalo Wild Wings, le restaurant des supportaires du célèbre club de football américain de Los Angeles, où Isabelle prend sa traditionnelle salade césar au poulet grillé, et où je jette mon appétit sur des ribs de porc avec des French Fries (des frittes!), pas moyen de trouver la moindre « barbaque » convenable dans le pays des cow-boys et des indiens!
Le retour en taxi officiel pour 42$ se passe sans soucis, et c’est vers 23H que nous regagnons notre Motel, demain se sera les studios Hollywood, et il faut que l’on récupère de cette super journée.

Suite du compte rendu de notre tour du monde

À propos de Hervé

Couple 45/50 ans
A participé au tour du monde avec le Costa Luminosa en Septembre 2015 au départ de Savone.

Ce contenu a été publié dans Escales, Las Vegas, Los Angeles (USA), Nous suivre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.