Jour 24 Aie, Aie, Aie, Carambar! :Escale à Puerto Vallarta

Print Friendly, PDF & Email

DSC03334

C’est par les Mariachis, chanteurs et musiciens aux sombreros exubérants que nous sommes accueillis ce matin vers 12h30, à la descente du bateau, nous débarquons à Puerto Vallarta au Mexique. Au programme de la journée, la visite de San Sébastien, petit village du XVIII ème siècle niché au cœur des montagnes de la Sierra Madre, présenté comme un des trésors du Mexique avec sa pittoresque place bordée d’élégantes bâtisses blanches, son kiosque Porfirien, son église et ses nombreuses haciendas.. Il est prévu d’être plongés dans un paysage fantastique et les décors pittoresques du Mexique rural dans un musée vivant que le temps n’a pas altéré. Enfin, c’est ce qui est écrit dans la brochure décrivant cette excursion de 5h30 organisée par Costa Croisière…Nous montons dans le bus N°18, et Aie, Aie, Aie, Carambar! Cela commence mal, les vitres de ce car moderne, sont si sales, que nous voyons mal l’extérieur, il est impossible de prendre la moindre photo au travers de celles-ci.
Au cours de ce trajet de 60 kms à sillonner les routes montagneuses qui nous séparent de San Sébastian sans pouvoir réellement profiter du paysage, nous nous arrêtons pour voir un pont, qui n’a pour beaucoup que l’intérêt de se dégourdir les jambes, soulager une petite envie pressante, ou boire pour 2 US$ le jus d’une noix de coco fraîche vendue à la petite échoppe pour touristes. J’en profite pour prendre quelques photos et faire remarquer l’état des vitres du bus au représentant Costa, qui n’aurait rien remarqué. De retour dans le bus, le guide nous dit qu’il ne sera pas possible de faire nettoyer les vitres à San Sébastian, car le problème est dans le double vitrage, mais qu’il reste quelques places libres dans le bus, avec des vitres moins sales. En réalité, je découvrirais plus tard que cela n’est pas dans le double vitrage du bus que se situe le problème, mais dans le film solaire recouvrant les vitres, collé avec de l’eau sale, et bien sur en séchant la saleté n’a pas disparue par l’opération du Saint Esprit, et reste donc bien présente entre la vitre et le film autocollant…
Vers 15 heures, nous arrivons quand même à bout de cette route sans intérêt au pied de ce petit village aux rues pavées. Dans le bus, nous avons appris que nous aurons une petite dégustation de cuisine locale, et nous sommes dirigés immédiatement vers une grande bâtisse, et nous nous installons à l’une des grandes tables en bois nous attendant sur un vaste préau. Nous y mangerons une salade composée à l’européenne, un potage, de la viande de poulet grillé, de bœuf grillé, et de porc très légèrement épicé, des quesadillas, arrosé d’un jus de goyaves. Il y a aussi du Guacamole, mais c’est pratiquement liquide comme de l’eau, et je ne reconnais pas la texture et la saveur de celui que j’avais dégusté lors de mon précédent voyage au Mexique. En fait, au lieu d’une dégustation culinaire, nous sommes devant un véritable déjeuner. N’étant pas été prévenu, avant de partir, nous avons mangé au bateau, donc nous n’avons pas faim, et c’est rapidement que nous sortons de table et partons à la découverte des trésors annoncés…
Nous commençons par une « haciendas » ou nous attend une dégustation de café. En réalité, ce qui est présentée comme une hacienda est une simple maison où l’on peut voir deux personnes moudrent du café avec une petite machine assourdissante, dans son jardin un étale destiné à la vente avec des sachets de café moulu, d’autres de café enrobé de chocolats et une cage où sont enfermés 2 perroquets. Est ce que le terme « Hacienda » aurait plusieurs significations, ou bien mes souvenirs de ces grandes bâtisses aux patios magnifiques, ces merveilleux jardins et ces haras colorés ne seraient que rêves?. Nous ressortons et nous dirigeons vers la place du village, visitons une jolie petite église du XVIII ème siècle et en sortant pouvons admirer un joli petit kiosque planté au milieu d’une petite place pavée. Nous sommes dirigés ensuite vers un musée familial regroupant dans une pièce d’habitation les objets ayant appartenu à une famille propriétaire d’une mine d’argent. La propriétaire nous explique qu’ils se sont toujours mariés entre cousins depuis de début de façon à garder la mine dans la famille…Très peu d’intérêt! Et c’est très déçus par cette dernière visite que nous remontons dans le bus, car il n’y a plus rien d’autre à voir, et nous avons encore 1h30 de route pour revenir au bateau où le tous à bord est instauré à 18h30.
La route du retour s’effectuera sans saveur, certains étant même malade dans le bus, et nous n’aurons même pas le temps de récolter du sable pour notre collection.
Au bateau, nous préférons rester en cabine au lieu d’aller au spectacle des Mariachi embarqués à bord, et c’est après une longue hésitation que nous partons dîner avec la volonté de ne prendre qu’un unique petit plat de résistance, il faut dire que nous avons déjeuné deux fois aujourd’hui…
Après avoir dîner rapidement, nous nous couchons avec la certitude d’avoir raté notre escale à Puerto Vallarta. Demain escale de rattrapage au Mexique avec Cabo San Lucas où nous arriverons vers 9H30 avec la ferme intention de nous rattraper de cette journée gâchée…

Suite du compte rendu de notre tour du monde

À propos de Hervé

Couple 45/50 ans
A participé au tour du monde avec le Costa Luminosa en Septembre 2015 au départ de Savone.

Ce contenu a été publié dans Escales, Nous suivre, Puerto Vallarta (Mexique). Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.